Remèdes naturels au citron

Remèdes naturels au citron

Un verre de jus de citron (200 ml) vous fournit l’apport journalier recommandé (AJR) en vitamine C. L’AJR est compris entre 50 à 120 mg pour les hommes, et 60 à 120 pour les femmes.

Remèdes naturels au citron

Le citronD’une saveur stimulante et doté d’incroyables pouvoirs thérapeutiques, ce fruit est apprécié depuis l’Antiquité pour ses nombreuses propriétés et pour son goût acide et rafraîchissant qui accompagne une infinité de plats. Déjà au XVIIe siècle, les marins anglais emportaient dans leurs navires des cargaisons de citrons pour prévenir le scorbut, une maladie dûe à une forte carence en vitamine C.

Excellent dépuratif pour notre organisme dont il élimine les toxines, il est sans aucun doute l’un des meilleurs alliés de notre santé, un véritable ami que nous devrions toujours convier à notre table, l’arbre que nous devrions tous pouvoir planter dans notre jardin ou avoir sur notre balcon. Si nous faisions le tour de toutes les possibilités que nous offre le citron, à la fois simples et économiques ? Découvrons ensemble les meilleurs remèdes naturels au citron !

Les bienfaits de la consommation de citron

Système cardiovasculaire

C’est un grand allié dans les cas d’athérosclérose et d’hypertension artérielle : il aide à éliminer les graisses, permettant ainsi une bonne circulation du sang, et dissout les toxines de notre organisme et du plasma sanguin. L’idéal est de commencer la journée en buvant un jus de citron à jeun.

Foie, intestin et vésicule

Il stimule les sécrétions biliaires et nous aide à mieux métaboliser les graisses. C’est donc un élément indispensable pour toutes les personnes malades du foie et de la vésicule biliaire, car il renforce la fonction dépurative et protectrice du foie.

Fièvres, rhumes et inflammations de la gorge

Grâce à son contenu en vitamine C et à ses propriétés antiseptiques, il résout parfaitement les cas d’aphonie, d’amigdalite et autres maladies respiratoires. L’idéal est de le boire mélangé à un verre d’eau tiède, avec du miel.

Il augmente nos défenses

Les vitamines C, B et E, ainsi que les nombreux minéraux qu’il contient, comme le potassium, le magnésium, le calcium et le phosphore, font du citron un fruit idéal pour renforcer notre système immunitaire et faire augmenter le nombre de globules blancs.

Il soulage les rhumatismes

Il chasse les toxines et se révèle efficace dans le traitement des rhumatismes et même de la goutte : il dissout les cristaux et autres impuretés, ce qui soulage le malade.

Remèdes naturels au citron

citron

Remède contre la diarrhée

Il est parfait pour traiter une diarrhée non infectieuse ; il suffit de boire le jus de trois citrons dilué dans un litre et demi d’eau légèrement sucrée et additionnée d’une pincée de sel. Il s’agit là d’un simple sérum reconstituant dont l’action curative provient des propriétés astringentes du citron.

Remède contre l’hypertension

La consommation quotidienne d’un jus de citron permet de stabiliser la tension artérielle. Il est démontré que boire un jus de fruit (un citron pressé dans un verre d’eau) permet de dépurer notre organisme et de prendre soin de notre circulation et de notre tension.

Remède contre les infections de la bouche et de la gorge

Le citron a des propriétés antibactériennes : il évite la propagation des bactéries et stimule nos défenses. Il ne faut donc pas oublier d’avoir recours à la vitamine Cdu citron pour traiter ces affections.

Remède pour calmer les nerfs et mieux dormir

Il est bon de prendre le soir une infusion de fleurs de citronnier. Ajoutez trois de ces fleurs à de l’eau bouillante et laissez reposer quelques minutes.

Recette pour maigrir

Il faut s’habituer à prendre au réveil une simple boisson qui nous fournira les nutriments nécessaires pour débuter la journée avec suffisamment d’énergie et pour tenir jusqu’au moment du déjeuner. Pour cela, il suffit de battre un yaourt nature écrémé avec une tranche d’ananas et un jus de citron. Cette boisson est délicieuse et calme la faim.

Remède pour soulager les problèmes digestifs

Prendre une infusion de feuilles de citronnier à la fin du repas de midi et du soir permet de nous soulager.

Remède contre la toux

Versez dans un demi-verre d’eau chaude un peu de miel et le jus d’un citron, puis buvez le mélange lentement. On peut également utiliser deux gousses d’ailcoupées en lamelles que l’on fera macérer quelques heures dans un jus de citron ; malgré leur goût très prononcé, ces petits morceaux d’ail parfumés au citron font vite disparaître la toux.

source/ amelioretasante

10 choses qu’il faut arrêter de dire à nos enfants ( et que dire à la place)

Des études récentes montrent que certaines phrases qu’on utilise fréquemment pour parler aux enfants peuvent avoir sur eux un effet destructeur. Même si ces phrases peuvent sembler positives et qu’elles sont guidées par de bonnes attentions, elles poussent les enfants qui les entendent à ne plus faire confiance à leurs intuitions, à utiliser le mensonge, à en faire le moins possible, et finalement à abandonner quand les choses deviennent difficiles. Voici une liste des 10 choses qu’il faut donc arrêter de dire à votre enfant dès maintenant. Vous trouverez aussi ce qu’il faut dire à la place. Ces nouvelles expressions devraient aider vos enfants à développer leur capacité à contrôler leurs sentiments et leurs émotions :

1. « Bravo ! »

À priori, dire « bravo » à votre enfant semble être un excellent moyen de le motiver. Le problème avec cette expression est qu’elle est souvent utilisée de manière répétitive et pour des choses qui n’ont pas demandé beaucoup d’efforts à l’enfant.  Par conséquent, cela lui enseigne qu’il peut être félicité pour tout et n’importe quoi, du moment que c’est maman et papa qui l’ont dit (et seulement quand papa et maman l’ont dit). Que dire à la place ?  À la place, vous pourriez dire « Ouah ! C’était pas facile mais tu as réussi ! ». En soulignant l’effort qu’a dû faire l’enfant pour parvenir à un résultat, vous lui enseignez que le fait d’avoir essayé est tout aussi important que le résultat.  Cela lui apprend aussi qu’il est important d’être persévérant quand il essaie de faire quelque chose de difficile et que les échecs ne sont qu’une étape vers la réussite.

2. « Tu es un gentil garçon (ou fille) ! »

Même si vous le dites sincèrement et avec la meilleure des intentions, cette expression peut avoir l’effet contraire de celui que vous escomptiez.  La plupart du temps, les parents utilisent cette phrase pour motiver leur enfant et accroître sa confiance en lui. Malheureusement, cela n’a pas du tout cet effet sur les enfants. Quand un enfant entend « tu es un gentil garçon » après avoir fait quelque chose que vous lui avez demandé, il pense qu’il est « gentil » uniquement parce qu’il a fait ce que vous lui avez demandé. Et ce n’est pas la meilleure chose pour lui. En effet, cela met en place un modèle de fonctionnement dans lequel l’enfant redoute de perdre son statut de « gentil garçon ».  Résultat, il ne vous écoute que parce qu’il a envie d’être félicité et non pas parce qu’il envie de faire quelque chose de bien. Que dire à la place ? À la place, essayez de lui dire « c’est vraiment super quand tu nous écoutes ! ». Cela indique clairement à votre enfant ce que vous attendez de lui et comment son comportement influence votre vie.  Vous pouvez même essayer d’enlever complètement la partie affective de la phrase et dire quelque chose comme « J’ai vu que tu as partagé tes jouets avec ton amie ». Dit comme cela, votre enfant décide par lui-même si le fait de partager quelque chose avec quelqu’un est une « bonne » chose ou pas. Il est ainsi le seul à décider s’il a envie de répéter ce comportement au lieu de le faire seulement parce que cela vous fait plaisir.

  3. « Quel beau dessin ! »

Quand nous donnons notre avis et nos appréciations sur le dessin d’un enfant, cela le prive de pouvoir juger et évaluer son propre travail. Que dire à la place ? À la place, essayez de dire « Je vois du rouge, du bleu et du jaune ! Tu peux me décrire ton dessin ? ». En faisant une simple observation au lieu de donner votre avis sur son dessin, vous permettez à l’enfant de décider tout seul si le dessin est « beau » ou pas. Qui sait ? Peut-être que l’enfant voulait simplement dessiner quelque chose qui fait peur ?  Et en lui demandant de décrire son dessin, vous l’incitez à évaluer son propre travail et à partager ses intentions. Des qualités humaines qui l’aideront à développer sa créativité au fur et à mesure qu’il grandit (et peut-être deviendra-t-il un jour un artiste).

4. « Arrête tout de suite sinon je vais m’énerver ! »

Menacer un enfant est rarement une bonne idée. Primo, vous lui enseignez un comportement que vous n’aimeriez pas vraiment qu’il adopte quand il sera adulte. En effet, utiliser la violence pour obtenir ce que l’on veut parce que l’autre personne refuse de coopérer, n’est pas un comportement très sain. Secundo, en le menaçant, vous vous mettez dans une situation bien compliquée. Soit, vous devez aller jusqu’au bout et vous devez appliquer la punition que vous avez prononcée sous le coup de la colère. Soit, vous faites machine arrière et vous renoncez à la punition, ce qui montre à votre enfant que vos menaces sont vides de sens. Dans les deux cas, vous n’obtenez pas le résultat que vous vouliez et vous nuisez à la relation que vous avez avec votre enfant.  Que dire à la place ? Même s’il n’est pas forcément très facile de résister à l’envie de proférer des menaces pour obtenir ce que l’on veut facilement, essayez à la place de montrer votre vulnérabilité, et de recentrer votre enfant vers un comportement plus sain en disant par exemple : « Ce n’est PAS BIEN de donner un coup à ton frère. J’ai peur que tu lui fasses mal ou qu’il te frappe à son tour. Si tu veux frapper quelque chose, tu peux frapper un coussin, le canapé ou ton lit. » En proposant une alternative moins dangereuse qui lui permet d’exprimer ses sentiments, vous lui montrez que vous prenez en compte ses émotions tout en établissant clairement des limites à ne pas dépasser. Cela aura comme conséquence positive d’améliorer la capacité de votre enfant à mieux se contrôler et aussi à mieux se connaître émotionnellement.

5. « Si tu fais ___, je te donnerai ___. »

Essayer de soudoyer un enfant est tout aussi destructeur. Pourquoi ? Car cela le dissuade de bien vouloir vous écouter simplement dans le but de garder une harmonie entre vous et lui. Ce genre de phrase peut vite déraper surtout si elle est utilisée fréquemment. En effet, votre enfant va vite comprendre qu’il pourra l’utiliser contre vous en disant par exemple « Je ne rangerai pas ma chambre si tu ne m’achètes pas des Kinder ou des yaourts ! ».

Que dire à la place ?

À la place, dites plutôt « Merci beaucoup de m’avoir aidée à ranger ! ». Quand on montre une sincère reconnaissance à un enfant, il est instinctivement bien plus motivé pour continuer à vous aider la prochaine fois. Et si votre enfant ne vous a pas beaucoup aidé ces derniers temps, rappelez-lui la dernière fois qu’il vous a donné un coup de main en lui disant par exemple : « Tu te rappelles la fois dernière quand tu as sorti la poubelle ? Ça m’a vraiment aidée. Merci ! ». Ensuite, laissez-lui le temps d’arriver à la conclusion par lui-même que le fait de vous aider peut être plaisant et gratifiant à la fois.

6. « Tu es vraiment intelligent ! »

Quand on dit à un enfant qu’il est intelligent, on pourrait penser que cela lui donne confiance en lui et que cela développe son amour-propre. Mais en fait, ce genre de compliment produit exactement l’effet contraire. En disant à un enfant qu’il est intelligent, on lui fait comprendre qu’il est intelligent seulement quand il obtient une bonne note ou quand il atteint un objectif précis. Et ça malheureusement, c’est beaucoup de pression à supporter pour un enfant. En effet, une étude a montré que lorsque l’on dit à un enfant qu’il est intelligent après avoir fini un puzzle, il y a moins de chance qu’il essaie de faire un puzzle plus difficile la prochaine fois. Pourquoi ? Parce que les enfants ont peur qu’on pense d’eux qu’ils ne sont plus « intelligents », s’ils n’arrivent pas à terminer ce nouveau puzzle. Que dire à la place ? À la place, essayez de féliciter vos enfants quand ils prennent le goût de l’effort. En mettant en avant les efforts qu’ils ont faits plutôt que le résultat obtenu, vous montrez à l’enfant ce qui est important dans la vie. Certes, terminer un puzzle est amusant, mais il tout aussi important d’avoir la volonté de vouloir en faire un autre encore plus difficile. Cette même étude a aussi montré que lorsque l’on félicite un enfant parce qu’il a montré de la persévérance en disant par exemple « Ouah tu as vraiment fait de ton mieux sur ce coup-là ! », il y a plus de chance que ces enfants aient envie d’essayer un puzzle plus complexe la prochaine fois.

7. « Ne pleure pas »

Voir son enfant pleurer n’est jamais une chose facile. Mais quand on lui dit « Ne pleure pas », on lui sous-entend que ce n’est pas normal de pleurer et que ses larmes ne sont pas acceptables. L’enfant comprend ainsi qu’il est préférable de ne pas montrer ses émotions. Résultat, cela peut entraîner par la suite des excès d’humeur ou de colère. Que dire à la place ? Quand votre enfant pleure, soyez là pour lui sans essayer de le juger. Dites-lui des choses simples comme « Ce n’est pas grave de pleurer. Tout le monde pleure de temps en temps. Ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider et en parler. »  Vous pouvez aussi essayer de trouver et d’exprimer les émotions que votre enfant est en train de ressentir en disant par exemple : « Tu es super déçu qu’on ne puisse pas aller jouer au parc ensemble, c’est ça ? ». Ce genre de phrases aide votre enfant à comprendre ses émotions et l’aide aussi à les verbaliser plus facilement et plus rapidement. De plus, en l’aidant à exprimer ses émotions, vous l’aidez aussi à mieux les réguler et les maîtriser. Une qualité qui l’aidera tout au long de sa vie.

8.  « C’est promis… »

Les promesses non-tenues font mal. Vraiment mal. Et, puisque la vie est clairement imprévisible, il est vivement recommandé de retirer ce genre de phrases de votre vocabulaire.  Que dire à la place ? Essayez à la place d’être le plus honnête possible avec votre enfant. En disant par exemple « Je sais que tu veux jouer avec ton ami Mathieu ce week-end et je vais faire tout mon possible pour que vous puissiez jouer ensemble. Mais souviens-toi que parfois il y a des choses imprévues qui arrivent. Donc je vais faire de mon mieux mais ne je peux pas te garantir que tu verras Mathieu ce week-end, d’accord ? ». Quand vous dites que vous allez faire de votre mieux, il est important que vous fassiez vraiment de votre mieux. En tenant votre parole, vous construisez une relation de confiance alors qu’en cassant une promesse, vous la détériorez. Par conséquent, faites attention à ce que vous dites à votre enfant. Et faites vraiment tout votre possible pour respecter vos engagements. Une dernière remarque sur ce sujet : si vous ne tenez pas votre parole, il est important de le reconnaître et de vous excuser auprès de votre enfant. Pensez au fait que c’est vous qui enseignez à votre enfant comment il doit se comporter quand il ne respecte pas ses engagements. Ne pas tenir une promesse, ça arrive à tout le monde à un moment ou à un autre. Et, même si une petite promesse faite à un enfant peut paraître sans importance, elle peut avoir un réel impact sur lui.  Par conséquent, faites de votre mieux pour être un modèle d’honnêteté. Et quand ce n’est pas possible, montrez à votre enfant que vous savez assumer vos erreurs.

9. « Ce n’est pas grave ! »

Les enfants sont très sensibles à ce que l’on dit et on ne se rend pas forcément compte de l’impact que l’on peut avoir sur leurs émotions. Par conséquent, beaucoup de choses que nous disons peuvent les rabaisser sans qu’on le sache.  Les enfants donnent souvent beaucoup d’importance à des choses qui peuvent paraître insignifiantes pour nous en tant qu’adultes. Par conséquent, quand votre enfant veut faire quelque chose que vous ne voulez pas faire, évitez de lui dire « Ce n’est pas grave ! » s’il réagit mal. Que dire à la place ? À la place, essayez de voir les choses du point de vue de votre enfant. Ayez de l’empathie à son égard. Essayez de vous mettre à sa place et de ressentir ses émotions même si vous êtes en train de lui dire non à ce qu’il vous demande. Par exemple, vous pourriez lui dire « Je sais que tu voulais vraiment faire ça, mais ça ne va pas être possible aujourd’hui. » ou encore « Je sais que tu es déçu mais la réponse est non. ». Ces phrases prennent bien mieux en considération les émotions ressenties par votre enfant. Elles montrent que vous le respectez et seront bien plus efficaces que si vous essayez de le convaincre que ses envies n’ont pas d’importance.

10. « Pourquoi tu as fait ça ? »

Quand votre enfant fait quelque chose qui ne vous plaît pas, il est important de lui en parler en tête à tête. Cependant, ce n’est pas dans le feu de l’action que votre enfant va tirer une leçon de son erreur. Quand vous demandez à votre enfant « Pourquoi tu as fait ça ? », vous le forcez à réfléchir et à analyser son comportement. Or, ce type de réflexion et d’analyse est une chose difficile à faire même pour les adultes.  Devant une question aussi complexe, beaucoup d’enfants se renferment sur eux-mêmes et sont sur la défensive.

Que dire à la place ?

Au lieu de cela, essayez d’avoir une discussion ouverte où vous essayez de deviner ce que votre enfant a pu ressentir et quelle a été sa motivation pour se comporter de la sorte. Par exemple, vous pourriez lui dire « Tu t’es sentis contrarié parce que tes amis n’écoutaient pas ton idée ? ». Il y a un autre avantage à cette méthode. En essayant de comprendre les émotions et les réels besoins de votre enfant, peut-être que vous allez vous aussi vous sentir moins énervé en découvrant ce qui s’est réellement passé. « Ah ! Il a mordu son ami parce qu’il avait besoin de plus d’espace et qu’il avait peur. En fait, il ne savait pas vraiment comment réagir. Ce n’est pas une terreur, c’est seulement un enfant ! ». À votre tour Et vous, vous connaissez d’autres choses qu’il ne faut pas dire à ses enfants ? Merci de laisser un commentaire ci-dessous et de partager ce que vous pensez avec notre communauté. On a hâte de vous lire !

source //comment-economiser

Les 10 Bienfaits de la lecture

tricherie les fem championne

C’est quand la dernière fois que vous avez pris le temps de lire un livre, ou alors un long article dans votre revue préférée ? Est-ce que vos habitudes de lecture gravitent plutôt autour de Facebook, de Tweeter, ou de la liste d’ingrédients de votre soupe instantanée ?  Si vous faites partie des nombreuses personnes qui n’ont pas l’habitude de lire tous les jours, vous passez à côté de beaucoup de bienfaits. Découvrez vite les 10 bienfaits associés à une lecture quotidienne.

1. Stimule le cerveau

Plusieurs études indiquent que la stimulation mentale peut ralentir l’évolution (et peut-être même l’arrêter complètement) de la maladie d’Alzheimer et de la démence. La raison est simple : garder son cerveau actif l’empêche de perdre ses capacités.  Comme tous les autre muscles du corps, le cerveau a besoin d’entraînement pour rester vigoureux et en bonne santé. La règle « on s’en sert ou on le perd » s’applique parfaitement en ce qui concerne notre cerveau. Du coup, les jeux qui stimulent notre intellect, comme les puzzles ou les échecs, sont aussi bénéfiques à la santé de notre cerveau.

2. Diminue le stress

Que ça soit du stress lié au boulot, des soucis liés à votre quotidien, peu importe, la lecture diminue notre état d’anxiété. Un roman peut tout simplement nous transporter dans une autre dimension. Un article intéressant peut nous distraire. La lecture a la capacité d’alléger notre anxiété et de nous détendre complètement.

3. Améliore les connaissances

Quand on lit, on remplit notre cerveau avec des nouvelles informations — et on ne sait jamais quand on elles nous seront utiles. Plus on a de connaissances, mieux on est équipé pour affronter des nouveaux défis. Voici pour vous matière à réflexion. Si vous êtes amené à tout perdre dans votre vie — votre emploi, vos biens, et même votre santé — souvenez-vous qu’on ne pourra jamais vous retirer votre savoir et vos connaissances.

4. Accroît le vocabulaire

C’est un bienfait étroitement lié à la connaissance : plus on lit, plus on découvre de nouveaux mots, et plus il y a de chance de les employer dans son langage quotidien. S’exprimer de manière éloquente et précise est un précieux atout professionnel. Être capable de communiquer avec ses supérieurs en ayant confiance en soi est un excellent moyen d’améliorer son estime de soi. Enrichir son vocabulaire peut même faire avancer sa carrière. En effet, les personnes instruites, éloquentes, et ayant des connaissances sur plein de sujets différents ont plus de chance d’être promues (et ce, plus souvent) que les personnes qui possèdent un vocabulaire plus restreint et ont peu de connaissances en littérature, sur les avancées scientifiques et les actualités mondiales.  La lecture a aussi un effet bénéfique améliorer nos connaissances pour apprendre une langue étrangère. Lire un livre dans une autre langue permet de voir des mots utilisés dans leur contexte. Cela améliore aussi bien l’écrit que le parlé.

5. Améliore la mémoire

Pour bien comprendre un livre, on doit se rappeler d’une multitude d’informations : les personnages, leur passé, leurs intentions, leur vécu, puis les nuances, et toutes les actions secondaires qui s’entremêlent à l’action principale.  Ça représente beaucoup d’informations à retenir, mais le cerveau est un organe miraculeux qui va s’en souvenir avec une aisance surprenante.  Le plus épatant est que chaque fois que l’on forme une nouvelle mémoire, on crée de nouvelles synapses (des zones de contacts entre les neurones) et on solidifie les synapses existantes. Ça veut dire que la lecture, en formant de nouvelles mémoires, va augmenter nos capacités de rétention de mémoires à court-terme et a un effet régulateur sur notre humeur. Plutôt pas mal, non ?

6. Développe les capacités d’analyses

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de lire un bon p’tit roman policier et de deviner qui était l’assassin avant même la fin du livre ? Si c’est le cas, vous avez fait preuve de bonnes aptitudes critiques et analytiques : vous avez synthétisé tous les détails fournis pour faire un vrai travail de détective. Cette capacité d’analyse des détails est également bénéfique pour critiquer l’action d’un livre : on peut juger s’il est bien écrit, si les personnages sont bien développés, si l’intrigue se déroule de manière fluide, etc.  Si un jour vous devez échanger votre avis sur un livre avec une autre personne, cette capacité d’analyse va vous permettre d’exprimer votre avis de manière claire. Pourquoi ? Car vous aurez analysé et critiqué intérieurement les détails pertinents pendant votre lecture.

7. Améliore l’attention et la concentration

  Dans nos sociétés qui gravitent autour d’Internet et du « multi-tâches », notre capacité à nous concentrer est attaquée de toutes parts. En 5 min de temps, l’individu moyen va diviser son temps entre travailler sur 1 tâche, vérifier ses courriers électroniques, échanger des messages avec plusieurs personnes simultanément (Facebook, Skype, etc.), lire son compte Twitter, vérifier son smartphone et tenir une conversation avec ses collègues ! Ce comportement hyperactif génère du stress et ralentit la productivité. Quand on lit un livre, c’est tout le contraire. Toute notre attention est dirigée vers l’intrigue de l’ouvrage. C’est comme si le reste du monde se dissolvait et qu’on pouvait plonger complètement dans les détails du récit. Le matin, essayez 15-20 min de lecture avant d’aller au boulot (sur le bus ou dans le métro, par exemple). Vous allez être surpris par l’effet positif que ça va avoir sur votre niveau de concentration, une fois au travail.

8. Améliore la rédaction

Mieux écrire va de pair avec enrichir son vocabulaire. La lecture d’œuvres publiées et bien écrites va avoir un effet notoire sur votre propre style de rédaction. Observer la cadence, la fluidité, et le style d’autres auteurs va inévitablement influencer votre propre manière d’écrire. De la même façon que les musiciens ont une influence sur la musique de leurs confrères, et que les peintres s’inspirent de la technique des maîtres, les écrivains créent des récits en s’inspirant du travail d’autres auteurs.

9. Tranquillise l’esprit

À la base, la lecture est synonyme de relaxation. Mais au-delà de cette qualité reconnue, la thématique d’un livre peut aussi nous apporter la tranquillité d’esprit et une paix intérieure considérable. En effet, la lecture de textes spirituels peut baisser la tension artérielle et suscite un sentiment de calme. De plus, il a été démontré que les livres de développement personnel peuvent aider les personnes qui souffrent de certains troubles de l’humeur et de formes légères de maladies mentales.

10. Un divertissement gratuit

La plupart des gens aiment bien posséder le livre qu’ils lisent, pour pouvoir y noter des commentaires à l’intérieur ou alors marquer les pages intéressantes. Mais, les livres peuvent être coûteux. Pour une forme de divertissement vraiment peu chère, vous pouvez visiter votre médiathèque de quartier et découvrir les tomes innombrables qui y sont disponibles, gratuitement. Les médiathèques proposent des ouvrages sur tous les sujets imaginables. Et, puisqu’elles font régulièrement « tourner » leur stock et qu’il y a souvent de nouveaux arrivages, elles sont véritablement une source inépuisable de divertissement. Si, par un malheureux hasard, vous habitez dans un endroit sans médiathèque ou que vous ne pouvez pas vous déplacez, sachez que la plupart des médiathèques proposent un e-service pour télécharger les livres en formats pdf sur liseuse, iPad, ou ordinateur.  De plus, il existe aussi plusieurs sites de téléchargement gratuit d’ouvrages. Alors, qu’attendez-vous pour les explorer ? Découvrez vite l’astuce ici : Des Milliers de Livres Numériques Gratuits à Télécharger : Suivez le Guide ! Il existe un genre littéraire adapté à chaque personne qui sait lire et écrire. Peu importe votre préférence :  la littérature classique, la poésie, les revues de mode, les biographies, les textes spirituels ou les livres de développement personnels, etc. Il y aura toujours un ouvrage qui va complètement captiver votre attention et votre imagination. Vous ne pensez pas qu’il est temps d’éteindre votre ordi, mettre votre téléphone en mode silencieux, et de prendre un petit moment pour ressourcer votre âme ?

Où dénicher les ebooks gratuits ?

– Le site ABU du CNAM est selon moi le plus facile pour s’y retrouver et trouver rapidement ce que l’on cherche. Ici, pas besoin de télécharger, d’Allais à Zola, tout est disponible directement en ligne. – Le site EbooksGratuits répertorie un grand nombre de ressources en ligne. Même si le site ne paie pas de mine, il renferme une grande diversité dans de nombreux formats. Créateurs d’entreprise, amateurs de l’Algérie ancienne, adeptes de la littérature ésotérique, scientifiques, amateurs de poésie, de philosophie, de politique ou de sociologie, vous trouverez tous votre bonheur dans cet annuaire clair et pratique. – Le site Gallica, de la Bibliothèque Nationale de France, compte 90 000 ouvrages (éditions prestigieuses, périodiques et dictionnaires) à télécharger. La consultation en ligne se révèle assez lente. Donc le plus simple est de télécharger l’oeuvre dans son intégralité. – Le site Gutenberg est un projet qui a été créé pour lutter contre l’illettrisme aux États-Unis. Mais aujourd’hui, il compte aussi des centaines de livres en français. Cliquez ici pour accéder aux classiques français gratuitement. – Le site Youboox, disponible aussi sur iPhone et Android propose aussi une grande sélection de livres gratuits financés par la pub. Très pratique pour lire sur son smartphone ou tablette. – Le site Wikisource, donne aussi accès à des milliers de livres. Tous ces textes ne sont pas à proprement parler disponibles en téléchargement mais on peut les consulter en ligne ou les imprimer facilement. – Le site LivrePourTous compte quelques 6000 livres numériques gratuits. Retrouvez ici le Top 50 des livres les plus téléchargés. – L’application iBooks disponible sur iPhone et iPad est aussi une bonne ressource pour trouver des ebooks gratuits. Il suffit d’aller sur le classement Gratuit pour trouver votre bonheur. – Le site LitteratureAudio est un site qui donne accès à plus de 4000 livres audio gratuits ! Tous les amateurs de littérature devraient être comblés. Vous pouvez accéder au classement des meilleurs livres audio ici. – Vous cherchez un conte pour enfant ? Pas de souci, rendez-vous ici pour accéder à des centaines de contes gratuitement et facilement imprimable. Et voilà, vous connaissez maintenant les meilleurs sites pour trouver un livre gratuitement 🙂 Que vous ayez un Kindle, un iPhone, un Android, un iPad, ou simplement un ordinateur, vous allez pouvoir dévorer un livre sans dépenser un sous. Vous connaissez d’autres sources de livres numériques et ebooks gratuits ? Partagez-les en commentaires avec les lecteurs.

Source// comment-economiser

Procès BGAGBO: Sam L’Africain refuse de jeter l’infamie sur son nom

 
SAM L'Africain.jpg
                                                                ——–
L’affaire BGABGO du nom du Président de la Côte d’Ivoire transporté manu militari par l’Etat Français pour la CPI à la Haye non sans avoir bombardé le palais présidentiel pour l’en déloger  a connu un nouveau niveau dans sa dramaturgie ce 07 Mars 2016 à l’occasion de la comparution d’un des témoins à charge en la personne de Mohamed Sam Jichi dit Sam l’Africain.  les extraits de son témoignage m’ont fait penser à l’auteur Franck Fanon lorsqu’il disait que « chaque génération doit découvrir sa mission, la trahir ou l’accomplir ».
En effet, contre toute attente l’ex membre de la galaxie patriotique à plutôt disculpé les deux prévenus lors de son audition, au grand désarroi du procureur adjoint Mac Donald. Ce dernier a même révélé que ce que Sam L’Africain avait confié en octobre 2011 au bureau du procureur en Côte d’Ivoire était contraire à ce qu’il déclarait à la barre.

« Je ne sais pas si on a affaire à un témoin hostile dont il faut rafraîchir la mémoire sur ce qu’il a dit en octobre 2011 », a indiqué le substitut de Fatou Bensouda.

Pour sa part, Sam l’Africain a déclaré être à la Haye pour dire sa part de vérité sur la crise ivoirienne au nom de toutes les victimes et ce sans coloration politique.

« Je suis ici pour dire ma vérité au nom de toutes les victimes de la Côte d’Ivoire sans exception, ni coloration politique », a déclaré le président de la Nouvelle alliance de la Côte d’Ivoire pour la Patrie (NACIP), avant d’ajouter.

«Le président Laurent Gbagbo est un père pour moi. La France est le père fondateur de la crise…Le président Laurent Gbagbo a choisi le Burkina pour les accords parce-que le problème venait du Burkina », et de souligner.

« « Ya rien en face…c’est Maïs » ou « On Gagne, Ou on Gagne  » étaient de simples slogans, on était en campagne et chacun donnait son slogan pour se mettre en confiance et s’égailler et que ça n’avait rien à voir avec un slogan violent ou pour indiquer que Gbagbo ne céderais pas le pouvoir s’il perdait les élections. »

En attendant la suite du procès, c’est un vrai camouflet pour l’accusation qui avait misé sur ce proche de Laurent Gbagbo pour l’incriminer.

                                                              ——-
De quoi est il question? En un mot comme en mille, un témoin à charge est une personne qui vient confirmer la position de l’accusation et donc qui vient dire que celui qui est accusé ne dit pas la vérité. Pour le faire, il faut avoir été soit acteur soit observateur direct des événements faisant l’objet du procès. Mais il peut arriver qu’une accusation « fabrique » de « faux » témoin à un procès. c’est ce qui semble le cas dans l’affaire BGAGBO où depuis plus de cinq ans, la procureure Ben Souda n’arrivait pas toujours à produire et les pièces et les témoins « véritablement »  charge contre BGAGBO et Blé Goudé.
Avec la comparution du premier témoin à charge en la personne de SAM JICHI, les pro et contre BGAGBO étaient sur le point de se mettre quelque chose sur la dent. Grande a été la surprise du monde entier quand ce premier témoin au lieu de charger les accuser, les a plutôt disculpés comme s’il avait subitement découvert la portée de son témoignage, la mission que la providence lui demandait d’accomplir.
Qui parmi nous n’a jamais menti ou n’a jamais accepter de mentir pour des intérêts personnels? J’ai envie de dire personne ou alors c’est très très rare.
 
Mais accepter de mentir en mondovision et faire entrer son nom dans l’histoire comme quelqu’un qui a pris le camp du mensonge et donc du mal, du mauvais, seul le diable incarné peut le faire car si on peut jouir des fruits d’une telle forfaiture pour un moment, il est sur que de votre vivant vous le payerez d’abord ( voir compaoré) avant de le payer encore en enfer. Même l’argent qu’on vous aurez donné pour ce crime, vos descendants ne pourront pas en profiter ( voir mobutu et les autres).
Quand on se rappelle le tollé que son transfert à la Haye a crée, on pouvait déjà se douter de l’issue de son témoignage car un témoin véritable n’a pas peur d’aller témoigner; Sam ne voulait pas être emmené à la CPI et y a été embarqué de force nuitamment; Une pratique qui semble être le mode opératoire dans l’affaire CPI contre BGAGBO.
                                                            ———
 
L’histoire de Sam l’Africain, témoin à charge contre Bgagbo et Blé Goudé nous montre comment l’Homme doit prendre son destin en main et refuser l’infamie. Il est clair que si ce Monsieur est cité comme témoin dans l’affaire Bgagbo, c’est que le camp Ouattara l’a payé pour mentir et lui a versé beaucoup d’argent.
Il est tout de même curieux de constater que l’accusation n’a pu trouver ses « témoins » que chez les pro BGAGBO ou les anciens partisans de celui ci. A côté de SAM,on peut aussi citer le général MANGOU, ancien chef d’etat major du gouvernement GBAGBO en 2011,  aujourd’hui ambassadeur dans le gouvernement OUATTARA. Il est d’autant curieux de voir ce Monsieur resurgir dans cette affaire plutôt comme témoin et de voir Blé Goudé à la CPI comme accusé. Nous nous rappelons encore les images de ce MANGOU entrain haranguer les foules et les jeunes avec Blé Goudé et on se demande qui des deux pouvait facilement disposer des armes en vue de les distribuer aux jeunes si jamais l’accusation réussit à prouver que les jeunes pro BGAGBO étaient armés? Il ne fait aucun doute que seule l’armée en disposait. Notre propos est moins de dire que ces jeunes étaient armés que d’étaler l’incongruité de voir aujourd’hui MANGOU comme témoin alors qu’en sa qualité de chef d’État major, il agissait comme une institution  et ne peut pas dédouaner sa responsabilité sur le chef de l’État ou sur l’obéissance à l’autorité car si l’obéissance à l’autorité est un devoir pour un homme qui plus est un homme en tenue, on peut lui opposer son droit de refuser d’obéir à un ordre manifestement illégal à moins qu’il ait agi avec un excès de zèle manifeste et dans ce cas, il devra répondre de ses actes.
——
Kem Djo
 

Recherche de plusieurs profils chez ACODEV

ACODEV Société de la place recrute les suivant:

  • Responsable de programme Micro-Assurance Santé – Programme Director
  • Chargé(e) de projets Urgences Internationales
  • UN CHARGE DE PROJET OUTILS FINANCIERS (H/F)
  • UN COMPTABLE MISSIONS SUPPORT (H/F)
  • Monitoring and evaluation coordinator (M/F)
  • UN GESTIONNAIRE FINANCES OPERATIONNELLES (H/F)
  • UN FORMATEUR FINANCES TERRAIN (H/F)
  • UN CHEF DE PROJET EN GESTION FINANCIÈRE (H/F)
  • Coordinateur Logistique
  • Medical coordinator (M/F)
  • A FINANCE COORDINATOR
  • General coordinator (M/F)
  • Regional medical coordinator (M/F)

Les candidatures (incluant un CV, une lettre de motivation, ainsi que des références) doivent être soumises :

Par email recrutement.acodev@gmail.com en indiquant l’intitulé du poste en objet de l’email.

Les candidatures doivent être adressées avant le lundi 14 Mars 2016-17h00.

A l’attention de: Responsable du Département des Ressources Humaines – ACODEV
Seuls les candidats sélectionnés seront contactés par ACODEV afin d’effectuer des tests et des entretiens. Attachez le scan des documents originaux à votre candidature, car le dossier sera authentifier et conservé par ACODEV.

Date de début du travaille: Mars 2016

Représentant pays FAIRMED Cameroun

APPEL A CANDIDATURE

Intitulé du poste: Représentant pays FAIRMED Cameroun

FAIRMED, ONG internationale basée en Suisse, cherche pour son programme au Cameroun un coordonnateur qui officiera en même temps comme son Représentant du Bureau Cameroun.

Profil

  • Avoir une solide capacité de gestion de programme de développement avec au moins six ans d’expérience
  • Avoir une solide capacité en gestion des ressources humaines
  • Avoir une solide capacité d’écoute et de négociation
  • Etre spécialisé dans les sciences sociales(sociologie/anthropologie), développement ou en santé publique
  • Niveau académique: au moins une maitrise ou équivalent dans l’une des spécialités sus évoquées.
  • Avoir de solide connaissance du système de santé au Cameroun.
  • Avoir une bonne expérience de travail avec les communautés rurales et/ou autochtones, les communes et services étatiques
  • Disposer d’un bon réseau au niveau de la coopération au développement, des ONGs et des structures étatiques
  • Le poste est ouvert à tous les résidents au Cameroun de toutes les nationalités.

Cahier des charges de représentant de pays FAIRMED (Cameroun)

Responsabilités

  • Représenter FAIRMED au Cameroun;
  • Définir et appliquer(après approbation par le siège) la politique de FAIRMED au Cameroun
  • Assurer la gestion globale du bureau international et des projets FAIRMED au Cameroun conformément à la politique et stratégie de FAIRMED et aux règles et procédures en vigueur;
  • Négocier et gérer les différents partenariats;
  • Veiller à la mise en oeuvre de la gestion des ressources humaines;
  • Veiller à la mise en oeuvre de la gestion des connaissances;
  • Négocier et gérer la collaboration et le réseautage avec d’autres organisations de développement et les services de l’Etat;

Toute personne intéressée est priée de transmettre son dossier(CV, lettre de motivation, copies scannées des diplômes et certificats de travail) par mail jusqu’au 08 mars 2016 au contact suivant:

Dieter Imhof(dieter.imhof@fairmed.ch)

N.B: Seules les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s.

RECRUTEMENT DE 30.000 agents temporaires au BUCREP

Le Cameroun procédera au recrutement de plus de 30.000 agents temporaires pour la réalisation du 4ème recensement général de la population d’après une estimation du Bureau central des recensements et des études sur la population (BUCREP).

L’objectif premier est de connaitre l’effectif par âge et par sexe de la population du Cameroun.

Le second objectif de ce recensement serait de déterminer les caractéristiques de l’habitat, des équipements et des outils de production des ménages et à étudier leur cadre de vie.

Ce quatrième recensement présente plusieurs innovations notamment avec l’utilisation de l’outil informatique pour le dénombrement des personnes.

COMPOSITION DU DOSSIER :
– 01 demande Timbrée adressée à Mme la Directrice du BUCREP,
– 01 photocopie certifiée de l’acte de naissance;
– 01 photocopie certifiée de la CNI;
– 01 Photocopie certifiée du diplôme le plus élevé;
– 01 CV, comprenant la région d’origine, le département, l’arrondissement et la localité d’origine.

Contact
BUCREP
BP 12932 Yaoundé-Cameroun
Email: contact@bucrep.cm
Tel: (237) 222 20 30 71

Voici comment se débarrasser des vergetures naturellement

voici-comment-se-debarrasser-des-vergetures-naturellement

Les vergetures sont un véritable cauchemar ! Toutefois, il existe des solutions naturelles qui peuvent vous aider à les éliminer une fois pour toutes. Voici comment prévenir ou vous débarrasser des vergetures naturellement.

Les vergetures, qu’est-ce que c’est ?

Les vergetures sont des cicatrices ou des petites fissures blanches qui se forment à la surface de la peau. Elles apparaissent principalement au niveau du ventre, des fesses, des seins, des cuisses et des fesses. Bien qu’elles ne constituent pas de danger pour la santé, elles peuvent être gênantes car inesthétiques.

Ce phénomène est le résultat d’un étirement trop fort ou trop rapide de la peau, ce qui endommage les fibres élastiques qui constituent les couches profondes de l’épiderme. Différents facteurs se cachent derrière les vergetures, parmi lesquels :

• Les changements hormonaux : durant une grossesse, la puberté ou certaines maladies endocriniennes
• Une prise ou une perte de poids soudaine
• La pratique d’un sport de haut niveau
• Le manque d’exercice physique
• Une peau qui ne contient pas suffisamment de fibres élastiques collagène et élastine
• L’effet indésirable de certains traitements, comme un excès de cortisone

Par ailleurs, les femmes sont plus exposées que les hommes. En effet, 4 femmes sur 5 ont déjà eu des vergetures avant l’âge de 30 ans. En règle générale, 50 à 70% des femmes notent une apparition des vergetures vers la fin de leur grossesse.

Un gommage pour se débarrasser des vergetures naturellement

Ingrédients :
• 100 ml d’huile de palme bio provenant de foret éco gérée (ou autre huile végétale)
• 250 gr de sel marin
• 250 gr de sucre

Préparation :
Mélangez bien les ingrédients dans un mixeur. Frottez légèrement le mélange sur les zones concernées en effectuant un massage afin d’activer la circulation sanguine. Ensuite, appliquez une crème ou une lotion hydratante. Renouvelez cette astuce quotidiennement.

Bienfaits :

Riche en minéraux comme le potassium, le calcium, l’iode, le zinc et le fer, le sel possède des propriétés régénérantes, purifiantes, tonifiantes et cicatrisantes. En effet, cet ingrédient aide à exfolier la peau en éliminant les cellules mortes. Il aide à prévenir l’apparition de vergetures.

L’huile de palme regorge de bienfaits pour la peau, elle est riche en carotène et en vitamine E. Les propriétés antioxydantes de cette huile aident à lutter contre le vieillissement de la peau et à renforcer les fibres élastiques collagènes pour prévenir les vergetures.

Le sucre est un exfoliant très efficace qui aide à se débarrasser des cellules mortes et à favoriser le renouvellement cellulaire, il hydrate la peau en profondeur et la tonifie. Un gommage au sucre favorise également une bonne circulation sanguine, ce qui aide à prévenir les vergetures.

N’oubliez pas d’appliquer cette astuce en massant, cela stimule la micro-circulation et la régénération des tissus. Le massage doit durer au moins 5 minutes.

Pour finir, certains gestes peuvent vous aider à prévenir l’apparition de ces cicatrices :

• Une alimentation équilibrée riche en vitamine (A, E…) et en minéraux (cuivre, fer, zinc…)
• Une activité physique régulière
• Un gommage régulier pour activer la circulation sanguine et le renouvellement cellulaire
Éviter les régimes yo-yo, une exposition excessive au soleil et les bains trop chauds.

source//santeplusmag

3 remèdes qui traitent l’asthme et boostent le système respiratoire sans médicament

3-remedes-qui-traitent-lasthme-et-boostent-le-systeme-respiratoire-sans-medicament

L’asthme est une maladie pulmonaire chronique qui se caractérise par l’inflammation des voies respiratoires. Cette maladie provoque des crises récurrentes d’oppression thoracique, d’essoufflement, de sifflements et de gêne respiratoire. Focus sur 3 remèdes contre l’asthme !

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 235 millions de personnes dans le monde sont asthmatiques. À noter que l’asthme est la maladie chronique la plus courante chez les enfants.

L’asthme est une maladie à traiter avec des médicaments, sous conseil d’un médecin. Mais malgré le traitement, c’est une maladie persistante, et qui peut déclencher des crises à tout moment.

La plupart des gens qui en souffrent sont en mesure de la gérer grâce aux traitements et aux remèdes naturels. Certaines personnes souffrent de quelques symptômes d’asthme, mais arrivent tout de même à profiter d’une bonne qualité de sommeil (sans crise d’asthme) et à avoir une vie normale.

Voici 3 remèdes contre l’asthme pour éviter les crises :

1. Améliorez votre alimentation

Consommer les bons aliments est l’un des meilleurs remèdes contre l’asthme. En effet, l’alimentation peut considérablement affecter votre santé respiratoire. Il suffit de favoriser les aliments qui soulagent l’asthme.

Optez pour des aliments aux propriétés anti-inflammatoires tels que le gingembre ou le curcuma. Ils sont faciles à intégrer dans votre alimentation et peuvent aider à soulager l’inflammation des bronches.

2. Faites du sport !

Le sport est un autre remède pour prévenir l’asthme et d’autres maladies, sculpter le corps et combattre le stress. Optez pour le yoga ou des exercices cardio tels que la natation ou le vélo pour optimiser le fonctionnement des poumons et prévenir l’asthme.

3. Protégez-vous des allergènes

Pensez à vous protéger contre les allergènes qui pourraient déclencher des crises d’asthme ou provoquer de l’asthme allergique. Vous pouvez réduire considérablement le risque de crise d’asthme en limitant votre exposition aux allergènes.

Les types d’allergènes :

Allergènes perannuels (présents tout au long de l’année) : la poussière, la pollution de l’air, les acariens, les moisissures domestiques, les allergènes des animaux (chat, chien…).
Allergènes saisonniers : le pollen et les moisissures atmosphériques.

Il est important de connaître vos allergènes pour pouvoir prévenir une crise d’asthme.

source//santeplusmag

Rajeunir votre visage de 15 ans en seulement 5 minutes par jour !

rajeunir-votre-visage-de-15-ans-en-seulement-5-minutes-par-jour

Et si vous vous mettiez à la gymnastique faciale pour rajeunir les traits de votre visage ? À l’instar des muscles du corps, ceux du visage doivent aussi s’entraîner et s’exercer pour rester « en forme » ! Contrairement à de nombreux soins anti-âge hors de prix, la gymnastique faciale ne coûte rien et permet de prévenir efficacement l’apparition des rides. Explications.

La gymnastique du visage : un sport qui se pratique à tout âge !

Bonne nouvelle : voici un remède naturel pour rajeunir votre visage ! Nous avons tendance à négliger les muscles faciaux, ce qui entraîne un froncement des sourcils plus marqué, des mâchoires tombantes, et des poches sous les yeux qui peuvent devenir très visibles au fil des années. Pour rajeunir votre visage et qu’il retrouve forme et tonus, vous pouvez pratiquer ces exercices de gymnastique faciale quatre fois par jour. Au début, ces exercices peuvent prendre jusqu’à cinq minutes de votre temps mais avec un peu d’entraînement, ils ne vous prendront que deux minutes par jour. Quelques petites minutes qui vont permettre de transformer vos traits sans passer par la case chirurgie esthétique !

C’est parti !

Toute séance de sport débute par une série d’échauffements pour ne pas épuiser vos muscles… Et la gymnastique faciale ne déroge pas à la règle ! Pour cela, asseyez-vous et respirez profondément. Concentrez-vous pour relâcher toutes les tensions musculaires de votre corps.

Exercice de gymnastique faciale pour le cou

L’exercice pour rajeunir votre cou est parfait pour débuter. Maintenez votre dos et votre colonne vertébrale bien droits. Avancez doucement votre tête vers l’avant puis vers l’arrière trois fois. Gardez votre mâchoire détendue et respirez profondément. Ensuite, tournez la tête de gauche à droite comme si vous regardiez au-dessus de vos épaules. Répétez trois fois ce mouvement sans forcer sur vos muscles. Chaque mouvement doit être exécuté lentement et en douceur. Baissez ensuite votre oreille droite contre votre épaule droite et maintenez cette position pendant quelques secondes. Même exercice avec l’autre oreille. Répétez trois fois cet exercice.

Gymnastique faciale des yeux

Pour rajeunir les traits de votre visage, prévenir l’apparition de rides autour des yeux et réduire leur aspect, voici un exercice efficace. Gardez la tête bien droite, sans bouger, en essayant de bouger uniquement les yeux et en regardant aussi haut que vous pouvez pendant cinq secondes, puis baissez vos yeux rapidement (rester pendant cinq secondes). Répétez cet exercice trois fois.

Ensuite, gardez votre tête droite tout en essayant de regarder vers la gauche et maintenez cette position pendant cinq secondes. Répétez le même exercice en regardant vers la droite. À faire trois fois.

Ensuite, regardez en diagonale vers la gauche puis en diagonale du bas vers la gauche. Faites ce mouvement trois fois, puis répétez l’exercice avec le côté droit.

Quelques exercices musculaires supplémentaires pour rajeunir votre visage :

– Levez vos sourcils aussi haut que vous le pouvez et les maintenir dans cette position pendant cinq secondes.
– Soulevez vos sourcils, en essayant d’ouvrir vos yeux bien grands tout en fronçant les sourcils en même temps.
– Plissez vos lèvres aussi loin que possible en essayant de faire la forme de la lettre «O». Puis, changez cette expression par un grand sourire. Répétez cet exercice plusieurs fois.
– Asseyez-vous et regardez le plafond. Plissez vos lèvres puis tirez la langue. Cet exercice permet de muscler le cou.
– Ouvrez grand la bouche et tirez la langue aussi loin que vous le pouvez. Restez dans cette position pendant quelques secondes.
– Un exercice simple : faites bouger votre nez, d’un côté à l’autre autant de fois que vous le pouvez.

Si vous pratiquez ces exercices tous les jours, vous allez très vite constater des résultats. Ils vont vous aider à tonifier les muscles faciaux, lisser et resserrer vos traits. Dans la médecine ayurvédique, ces mouvements pour préserver la jeunesse du visage sont pratiqués depuis des siècles ! Une étude scientifique menée sur 250 femmes aux États-Unis montre que celles qui paraissent plus jeunes sont celles qui ont les lèvres les plus charnues…

Et ce n’est pas un hasard si de nombreuses stars sont des adeptes de la gymnastique faciale (ou yoga facial) pour garder des lèvres pulpeuses et paraître plus jeunes… 5 minutes de gymnastique faciale par jour peuvent vous aider à rajeunir votre visage de 15 ans ! Alors qu’attendez-vous pour vous y mettre

source//santeplusmag

Préparez votre propre spray anti-moustiques

preparez-votre-propre-spray-anti-moustiques

Les agréables soirées d’été sont souvent gâchées par la présence de moustiques. Exit les produits chimiques, voici une recette qui va vous aider à préparer votre propre spray anti-moustiques !

Cette recette est très efficace et vous évitera d’utiliser des insecticides de supermarchés, qui constituent un sérieux danger pour la santé. En effet, les composants de ces produits se dégradent très lentement et peuvent pénétrer les meubles de la maison, le sol, les tapis… prolongeant ainsi votre exposition aux substances toxiques. Ces substances peuvent avoir de graves conséquences sur l’organisme et causer des troubles comme des cancers, l’infertilité masculine ou atteindre le fœtus.
Il est donc conseillé d’opter pour des produits sains et sans risques. Voici comment vous pouvez préparer votre spray anti-moustique :

Recette n°1 : un spray anti-moustiques fait maison

Ingrédients :
• Feuilles de menthe séchées
• Feuilles de lavandes séchées
• Camomille (facultatif)
• Eau
• Alcool médical

Préparation :
Faites bouillir un verre d’eau, ajoutez 3 à 4 cuillères à soupe d’herbes séchées (menthe, lavande et camomille). Laissez refroidir pendant quelques minutes et ajoutez un peu d’alcool. Versez le liquide dans un flacon pulvérisateur et vaporisez votre salon ou chambre avec.

Il est déconseillé de laisser ce spray à la portée des enfants en raison de sa teneur en alcool.

Recette n°2 : un spray anti-moustiques sans danger pour les enfants

Ingrédients :
• 1L de vinaigre de cidre
• 10 cuillères à soupe d’herbes séchées selon votre choix : romarin, lavande, thym, menthe ou sauge.

Préparation :
Dans une bouteille en verre, mélangez les ingrédients. Fermez le bocal et mettez-le dans un endroit frais et non ensoleillé, ou dans le réfrigérateur. Laissez reposer pendant deux à trois semaines en vous assurant d’agiter le contenu quotidiennement.

Utilisation :

Mélangez ce liquide avec de l’eau à quantité égale. Versez le mélange dans un flacon pulvérisateur. Pulvérisez ce spray autant que nécessaire, vos enfants peuvent également l’utiliser sans risque.

Ces recettes anti-moustiques sont radicales, vous allez tout de suite remarquer la différence.

source//santeplusmag

Célibataire : du célibat au mariage;Questionnaire à l’usage des fiancés.

bague d fiançailles

Voici des questions à se poser lorsque l’on est célibataire et que l’on entend sortir du célibat. Un moyen utile pour se connaitre, connaitre l’autre et cheminer vers le mariage.

Ce questionnaire du « célibat au mariage » est à votre disposition pour vous aider à changer sur un certain nombre de sujets. Il invite à réfléchir personnellement, et à deux, sur le célibat, sur la grandeur du mariage dans toutes ses dimensions, humaines et chrétiennes. Il veut favoriser une qualité de dialogue pour mieux connaître l’autre et mieux l’aimer. Pour passer… du célibat au mariage !

Ces questions abordent le célibat et l’engagement du mariage dans un regard psychologique, humain et chrétien. Cet ordre est progressif, les questions les plus importantes ne sont pas forcément les premières.

Si certaines d’entre elles vous paraissent trop personnelles ou exigeantes, dépassez-les vous aurez l’occasion d’y revenir par la suite, si vous le désirez. Le but n’est pas de répondre à toutes les questions mais de s’éveiller aux exigences de l’amour et d’en parier lors de votre cheminement à deux.

Ce questionnaire a été réalise par des couples de l’équipe de préparation au mariage du Centre Saint Jean à Boulogne, avec le Père Geoffroy-Marie.

1 alliance

I. Du célibat au mariage

L’union d’un couple demande que chacun puisse quitter sa vie de célibataire pour mieux se choisir. Elle nécessite aussi que chacun se détache de son propre modèle familial.

Dans ma vie de célibataire, y-a-t-il certains domaines dont il me semble important de me séparer ?

Ai-je l’impression de quitter ma famille ?

Quelle influence mes parents et ma famille ont eue sur moi ?

Quel est mon rapport à ma mère ? à mon père ?

Durant ma jeunesse, quel rôle ont-ils joué ?

Quels sont les aspects les plus positifs et les plus négatifs que j’en retiens aujourd’hui ?

Qu’est-ce qui me paraît le plus essentiel à garder ? àA développer ?

Quels rôles mes parents jouaient-ils respectivement dans leur ménage ?

Y a-t-il des modèles de couples que j’aimerais imiter (parents, parents de mon(ma) fiancé(e), autres) ? En quoi ?

Suis-je à l’aise dans la famille de mon(ma) fiancé(e) ?

Suis-je moi-même chez lui(elle) ?

Ai-je le sentiment qu’il me faut épouser une famille entière ?

Est-ce que je souhaite couper tous les liens entre mon fiancé(e) et sa famille?

Qu’est-ce qui me fait souffrir dans la famille de mon(ma) fiancé(e) ?

Comment est-ce que j’essaie de prendre du recul, de comprendre l’origine de certains blocages ?

II. Célibat : Se connaître en vérité

Aimer l’autre demande de s’aimer soi-même, et pour s’aimer, il est bon de savoir progressivement qui l’on est ? Quel est le sens de sa vie ? Osons rechercher la vente sur soi-même pour mieux aimer l’autre.

Quels sont les domaines qui me passionnent ?

Y a-t-il des aspirations profondes qui sommeillent en moi et que je n’ai pu développer?

Est-ce que je suis heureux(se) ? (travail, loisirs, vie professionnelle )

Comment cela se manifeste-t-il ?

Quelle est ma propre définition du bonheur?

Qu’est-ce qui me fait vivre aujourd’hui ?

Lors de quelles circonstances ai-je été le(la) plus touché(e) par la beauté ou la grandeur de la vie ?

Est-ce que je m’accepte tel(le) que je suis ?

Qu’est-ce que j’aime en moi ?

Qu’est-ce que je n’aime pas en moi ?

Est-ce que j’ai confiance en moi ?

Quels sont les domaines où j’ai le moins confiance en moi?

Ai-je parfois l’impression de subir ma vie ? Quand ?

Quels sont les problèmes non résolus dans ma vie ?

Quel effet le mariage aura-t-il sur ces problèmes ?

Comment est-ce que je me montre aux autres habituellement ? (famille, amis, travail)

Ai-je de vrais amis ?

Suis-je à l’aise avec les amis de mon(a) fiancé(e) ?

Quels sont les points qui m’empêchent d’être authentique, d’être vrai ?

D’où provient cette difficulté ?

Comment puis-je lâcher prise ?

Y a-t-il certains domaines dans mon corps ou clans ma psychologie qui sont source de blessures ou d’interrogations pour moi ?

III. Fiancés : Être à l’écoute de l’autre

Aimer, c’est écouter, C’est recevoir l’autre tel qu’il est et non pas tel que j’aimerais qu’il soit.

1. Communication.

Est-ce que je sais écouter ? Comment se manifeste cette écoute dans mon attitude?

Et mon(ma) fiancé(e) ?

Est-ce que l’un de nous parle trop ou, au contraire, reste trop silencieux ?

Suis-je capable d’exprimer à mon(ma) fiancé(e) mes sentiments ? (peur, tendresse, colère ). Et mon(ma) fiancé(e) ?

Y a-t-il des questions que j’ai peur de poser à mon(a) fiancé(e) ?

Quand je rencontre un obstacle dans la communication avec mon(ma) fiancé(e), quelle est ma réaction ?

Quels sont les sujets que je n’aborde pas volontairement avec mon (ma) fiancé(e) ? Pourquoi ?

Qu’elle a été la dernière démarche de mon (ma) fiancé(e) qui m’a aidé(e) à me confier à lui (elle) ?

Y a-t-il des choses que mon (ma) fiancé(e) est en droit de connaître sur moi pour être vrai(e) dans ma relation ?

2. Le regard sur l’autre.

Est-ce que le caractère de mon(a) fiancé(e) m’incommode ?

Qu’en est-il de l’usage qu’il fait du tabac, de l’alcool? de son attitude face au jeu ? de sa façon de dépenser l’argent? de son humeur ? de son sens de l’humour ?

Suis-je mal à l’aise face au comportement de mon(a) fiancé(e) en société ? avec mes amis ? à la maison ? avec ses propres amis ou sa famille ?

Mon(a) fiancé(e) dépend-il trop de ses parents ?

Mon(a) fiancé(e) est-il en général satisfait de ce que la vie lui apporte ?

Qu’est-ce que j’apprécie le plus en lui(elle) ?

Qu’est-ce qu’il m’apporte de plus grand ? (équilibre, vision de la vie, relation aux autres ) ?

Qu’est-ce qui me fait souffrir en lui(elle) ?

Qu’est-ce qu’il m’est difficile d’accepter chez lui(elle) ? (caractère, attitudes, éducation…)

3. L’accueil.

Ai-je un regard positif sur mon (ma) fiancé(e) dans toute les situations ?

Lorsque je l’écoute est-ce que je cherche vraiment ce qu’il (elle) a voulu dire ?

Suis-je capable de percevoir ce qu’il (elle) me dit de vrai, même quand cela m’est désagréable ?

Suis-je capable de nie remettre en question ?

Est-ce que j’estime bien connaître l’autre dans sa différence ? (affective, psychologique)

Quels sont ses centres d’intérêt ?

Peut-on les partager ? Comment ?

Est-ce que je ressens ma responsabilité d’épanouir l’autre ?

Qu’est-ce qui me semble important d’éveiller en lui (elle) ?

Comment puis-je développer ses talents ?

L’avenir que j’envisage pour mon (ma) fiancé(e) est-il celui qu’il (elle) souhaite ou celui dont je rêve ?

Est-ce que j’accepte la responsabilité qu’a l’autre sur mon épanouissement ?

Ai-je suffisamment confiance en mon (ma) fiancé(e) pour oser dire mes fragilités à l’autre ?

IV. Mariage : Liberté et don de soi

L’amour s’exprime dans la liberté et le don de soi. Cette liberté se réalise dans un choix de vie pour mieux se donner à l’autre.

Suis-je prêt à accepter que mon (ma) fiancé(e) puisse évoluer, changer ?

Comment je me représente la fidélité?

Est-ce que j’ose être moi-même ?

Est-ce que je me sens libre du regard des autres ?

Puis-je exister sans l’autre ?

Est-ce que j’accepte d’être différent (et non mieux ou moins bien) d’un autre ?

Est-ce que je me donne la permission d’avoir une vie intérieure personnels, ou est-ce que je communique tout à l’autre ? Pourquoi ?

Suis-je prêt à vraiment respecter le jardin secret de mon (ma) fiancé(e)?

Est-ce que j’essaye de promouvoir la liberté de mon (ma) fiancé(e) ? de découvrir et d’épanouir ses talents ?

Ai-je pris conscience que je dois aider mon (ma) fiancé(e) dans sa recherche d’une vie intérieure et spirituelle tout au long de sa vie ?

Pour nous, par quoi l’amour s’exprime-t-il le plus ? (sentiments, intentions, paroles, gestes )

Comment pouvons-nous déjà vivre l’expression de ce don pendant nos fiançailles ?

Suis-je prêt à renoncer à tel ou tel désir personnel pour le bien de mon conjoint ou de notre couple ? (vie professionnelle, enfants, loisirs, vacances, .)

Que signifie pour nous de nous engager à vie ?

Avons-nous déjà eu l’occasion de nous engager ?

Sur quoi va reposer la force et le soutien de notre union ?

Quels moyens humains et divins voulons-nous choisir ?

Sur quoi repose la vérité de notre amour ? Est-ce que je perçois la différence avec la sincérité de notre amour ?

V. Couple : Vie professionnelle et vie domestique

L’ amour se vit au quotidien dans la vie professionnelle et dans la vie familiale.

1. Vie professionnelle

Que représente le travail dans ma vie ?

Ai-je envie de travailler ? pourquoi? (nourrir ma famille, épanouissement personnel

Mes parents travaillaient-ils ?

Mon (ma) fiancé(e) me parle-t-il (elle) de son travail ?

Me permet-il (elle) de m’y intéresser ?

Avons-nous évoqué la perspective d’une carrière professionnelle ou d’un changement d’orientation pour l’un et pour l’autre ?

Le travail de mon (ma) fiancé(e) le (la) tient-il trop occupé(e) pour qu’il (elle) puisse passer du temps avec moi ?

Avons-nous les mêmes points de vue sur le travail de la femme ? Que pensons-nous du travail de la femme au foyer ?

Mon (ma) fiancé(e) change-t-il fréquemment d’emploi ?

Nos choix professionnels sont-ils guidés par la recherche de l’épanouissement de chacun et des possibilités financières ?

Vers quel partage, alors, des tâches domestiques ?

Pourrons-nous supporter d’avoir des opinions politiques opposées?

2. Loisirs

Quels sont mes loisirs et intérêts ?( sportifs ou autres)

Puis-je les partager avec mon (ma) fiancé(e) ?

Quelle place nous aimerions leur accorder personnellement ? en couple ? par exemple, envisageons-nous de faire du sport ensemble, de faire des visites culturelles, théâtre, voyage

Quelle aventure, quel hobby j’aimerais réaliser seul ? en couple ?

3. Budget et argent

Quel est mon rapport à l’argent ? Quelle valeur a-t-il pour moi ? Suis-je plutôt économe ou pas ?

Comment est-ce que je gère mon argent ? Dans quel domaine suis-je le plus dépensier (a) ?

Ma famille a-t-elle déjà connu (ou connaît-elle) des difficultés financières ?

Quelle place voulons-nous donner à J’argent dans notre couple ?

Nous sommes-nous mis d’accord au plan de la gestion financière ? (responsabilité de budget, des comptes en banque …

Avons-nous des dettes ?

Nous sommes-nous mis d’accord sur le niveau de vie que nous voulions adopter ?

Sommes-nous réalistes dans nos projets ? Quelles sont nos réelles priorités ?

Y a-t-il un décalage important de milieu et de situation financière entre nos familles respectives ?

VI. Corps et fécondité

L’amour s’exprime dans la tendresse et le don du corps. Il est source d’une fécondité chamelle et spirituelle dans l’ouverture aux autres.

1. Le corps

Comment la sexualité m’a-t-elle été présentée au cours de mon éducation ?

En quoi cela m’influence-t-il encore aujourd’hui ?

Est-ce que je connais mon corps ? Est-ce que je l’aime ?

Abordons-nous librement le sujet de la sexualité ?

Pouvons-nous définir et exprimer nos peurs ?

La façon dont, actuellement, nous nous montrons notre affection mutuelle me satisfait-elle ?

Quelle est l’attitude de chacun de nous face à la fidélité du corps ?

Quelle place donnons-nous à la tendresse dans l’amour (paroles, gestes, attitudes )

Que signifie pour nous la rencontre sexuelle dans l’amour ?

2. Union libre et mariage.

Quelle différence voyons-nous entre union libre, PACS, mariage civil, et mariage sacramentel ?

Connaissons-nous les causes principales de la désaffection du mariage en faveur de l’union libre ?

Quelles sont les principales raisons des divorces ?

Connaissons-nous les positions de l’église et leur signification sur la séparation et le divorce ?

Pourquoi l’église demande-t-elle de ne pas mener de vie commune avant le mariage sacramentel ? Est-ce au nom d’un code moral ? d’une sagesse humaine pour aider chacun à se choisir ? est-ce dans l’attente de l’engagement du Christ dans le sacrement de mariage ?

3. Enfants.

Avons-nous le désir d’avoir des enfants ?

Avons-nous l’intention d’attendre pour en avoir ?

Comment envisageons-nous la régulation des naissances ?

Quels sont nos désirs et nos craintes ?

Avons-nous le désir de nous informer ou de nous former pour vivre nos choix de la façon la plus responsable dans ce domaine ?

Avons-nous pu envisager le cas d’avoir un enfant handicapé physique ou mental ?

Avons-nous pu envisager le cas de stérilité ?

Que représenterait pour nous la possibilité d’adopter ?

Qu’aimerais-je apporter à nos enfants ?

4. Fécondité des cœurs.

Quel témoignage de notre amour en couple voudrions-nous donner: accueil, ouverture aux autres, joie, équilibre … ?

Qu’aimerions-nous transmettre aux autres ?

Sommes-nous déjà engagés dans des oeuvres au service des autres ?

Envisageons-nous cela en couple ?

Quelles pourraient être les attentes de la société sur notre couples ? les attentes de l’église (paroisse, mouvements, …) ?

VII. Le Christ au cœur de notre amour.

Le sacrement de mariage n’est pas une simple bénédiction « magique » comme pour garantir que tout ira bien dans notre couple ! Le sacrement m’introduit dans le mystère même de l’Amour de Dieu pour l’homme par le Christ.

1. Ma relation à Dieu

Pour moi qui est Dieu ? Qui est le Christ ? Quelles relations ai-je avec Lui ? Jusqu’à maintenant, qu’a-t-il représenté dans ma vie ?

Pour moi, qu’est-ce que croire ? Si Dieu n’existait pas, qu’est-ce que cela changerait dans ma vie ?

A qui dois-je ma foi ? Qui me l’a transmise ? Comment se vivait (se vit) la foi dans ma famille? Est-ce que je nourris ma foi ? (livres, conférences, groupe de prière)

Quels sont éventuellement les enseignements dans l’église que je ne comprends pas ou qui me posent des problèmes ?

Suis-je intéressé(e) par les autres religions ?

2. La relation de l’autre à Dieu

Comment mon (ma) fiancé(e) vit-il (elle) sa foi ?

Suis-je prêt à respecter l’autre dans sa vie spirituelle ? Suis-je prêt à l’aider ?

3. Notre relation à Dieu ?

Exprimons-nous notre foi de la même façon ?

Comment à la fois aimer son conjoint et aimer Dieu ?

Qu’attendons-nous du sacrement de mariage ? Qu’attendons-nous de l’église ?

Qu’est-ce que le Christ attend de notre couple ? Qu’est-ce que l’église attend de notre couple ? Que pouvons-nous apporter à l’église ?

Voulons-nous devenir saints en couple ? Comment ? Comment la vie de nos saints préférés peut-elle nous aider ?

Qu’est-ce que j’attends du jour de la célébration de notre mariage ?

Nous semblerait-il bon que notre couple puisse faire le point régulièrement sur les aspects positifs et négatifs de notre vie commune en Jésus-Christ ?

Est-ce que je cherche, dans la prière, à avoir le même regard que le Père sur mon(a) fiancé(e) ? Quels sont les moyens que nous envisageons pour la progression spirituelle de notre couple ? (prêtre, père spirituel, amis, famille, associations, paroisses, retraites, mouvement chrétien, équipes Notre-Dame, ACI, …)

VIII. Prière et pardon

Il n’y a pas d’amour sans pardon et sans ressourcement dans la prière

1. Prière

Où en suis-je dans ma vie de prière ?

Ai-je connu des moments de prière dans mon enfance, mon adolescence, ou plus récemment ?

Comment ma prière a-t-elle évolué ? Pour moi qu’est-ce que prier ?

La rencontre de mon (ma) fiancé(e) a-t-elle éveillé, aidé, changé, ou éclipsé ma prière?

M’a-t-elle plutôt rapproché(e) ou éloigné(e) de Dieu ?

Avons-nous déjà eu l’occasion de prier ensemble ?

Voudrions-nous faire un pas dans cette direction ?

Qu’est-ce qui nous aiderait pour prier ?

Avons-nous peur de nous dire nos divergences, nos désaccords sur la prière ?

Où en suis-je dans la pratique sacramentelle : Eucharistie le dimanche ? sacrement de réconciliation ? Suis-je confirmé(e) ?

2. Pardon

Avons-nous vécu des conflits ? Avons-nous eu tendance à les fuir ? à nous affronter ? à nous expliquer ?

Avons-nous eu l’occasion de nous dire réciproquement nos blessures dues à la réaction de l’autre ?

Avons-nous déjà pris le temps de nous pardonner ? de prier pour demander pardon à Dieu ? En quoi m’est-il difficile de pardonner ? Comment je perçois le sacrement de la réconciliation ? quelle régularité j’aimerais vivre dans la confession ?

Écrit par Père Geoffroy-Marie

source// theotokos