10 choses qu’il faut arrêter de dire à nos enfants ( et que dire à la place)

Des études récentes montrent que certaines phrases qu’on utilise fréquemment pour parler aux enfants peuvent avoir sur eux un effet destructeur. Même si ces phrases peuvent sembler positives et qu’elles sont guidées par de bonnes attentions, elles poussent les enfants qui les entendent à ne plus faire confiance à leurs intuitions, à utiliser le mensonge, à en faire le moins possible, et finalement à abandonner quand les choses deviennent difficiles. Voici une liste des 10 choses qu’il faut donc arrêter de dire à votre enfant dès maintenant. Vous trouverez aussi ce qu’il faut dire à la place. Ces nouvelles expressions devraient aider vos enfants à développer leur capacité à contrôler leurs sentiments et leurs émotions :

1. « Bravo ! »

À priori, dire « bravo » à votre enfant semble être un excellent moyen de le motiver. Le problème avec cette expression est qu’elle est souvent utilisée de manière répétitive et pour des choses qui n’ont pas demandé beaucoup d’efforts à l’enfant.  Par conséquent, cela lui enseigne qu’il peut être félicité pour tout et n’importe quoi, du moment que c’est maman et papa qui l’ont dit (et seulement quand papa et maman l’ont dit). Que dire à la place ?  À la place, vous pourriez dire « Ouah ! C’était pas facile mais tu as réussi ! ». En soulignant l’effort qu’a dû faire l’enfant pour parvenir à un résultat, vous lui enseignez que le fait d’avoir essayé est tout aussi important que le résultat.  Cela lui apprend aussi qu’il est important d’être persévérant quand il essaie de faire quelque chose de difficile et que les échecs ne sont qu’une étape vers la réussite.

2. « Tu es un gentil garçon (ou fille) ! »

Même si vous le dites sincèrement et avec la meilleure des intentions, cette expression peut avoir l’effet contraire de celui que vous escomptiez.  La plupart du temps, les parents utilisent cette phrase pour motiver leur enfant et accroître sa confiance en lui. Malheureusement, cela n’a pas du tout cet effet sur les enfants. Quand un enfant entend « tu es un gentil garçon » après avoir fait quelque chose que vous lui avez demandé, il pense qu’il est « gentil » uniquement parce qu’il a fait ce que vous lui avez demandé. Et ce n’est pas la meilleure chose pour lui. En effet, cela met en place un modèle de fonctionnement dans lequel l’enfant redoute de perdre son statut de « gentil garçon ».  Résultat, il ne vous écoute que parce qu’il a envie d’être félicité et non pas parce qu’il envie de faire quelque chose de bien. Que dire à la place ? À la place, essayez de lui dire « c’est vraiment super quand tu nous écoutes ! ». Cela indique clairement à votre enfant ce que vous attendez de lui et comment son comportement influence votre vie.  Vous pouvez même essayer d’enlever complètement la partie affective de la phrase et dire quelque chose comme « J’ai vu que tu as partagé tes jouets avec ton amie ». Dit comme cela, votre enfant décide par lui-même si le fait de partager quelque chose avec quelqu’un est une « bonne » chose ou pas. Il est ainsi le seul à décider s’il a envie de répéter ce comportement au lieu de le faire seulement parce que cela vous fait plaisir.

  3. « Quel beau dessin ! »

Quand nous donnons notre avis et nos appréciations sur le dessin d’un enfant, cela le prive de pouvoir juger et évaluer son propre travail. Que dire à la place ? À la place, essayez de dire « Je vois du rouge, du bleu et du jaune ! Tu peux me décrire ton dessin ? ». En faisant une simple observation au lieu de donner votre avis sur son dessin, vous permettez à l’enfant de décider tout seul si le dessin est « beau » ou pas. Qui sait ? Peut-être que l’enfant voulait simplement dessiner quelque chose qui fait peur ?  Et en lui demandant de décrire son dessin, vous l’incitez à évaluer son propre travail et à partager ses intentions. Des qualités humaines qui l’aideront à développer sa créativité au fur et à mesure qu’il grandit (et peut-être deviendra-t-il un jour un artiste).

4. « Arrête tout de suite sinon je vais m’énerver ! »

Menacer un enfant est rarement une bonne idée. Primo, vous lui enseignez un comportement que vous n’aimeriez pas vraiment qu’il adopte quand il sera adulte. En effet, utiliser la violence pour obtenir ce que l’on veut parce que l’autre personne refuse de coopérer, n’est pas un comportement très sain. Secundo, en le menaçant, vous vous mettez dans une situation bien compliquée. Soit, vous devez aller jusqu’au bout et vous devez appliquer la punition que vous avez prononcée sous le coup de la colère. Soit, vous faites machine arrière et vous renoncez à la punition, ce qui montre à votre enfant que vos menaces sont vides de sens. Dans les deux cas, vous n’obtenez pas le résultat que vous vouliez et vous nuisez à la relation que vous avez avec votre enfant.  Que dire à la place ? Même s’il n’est pas forcément très facile de résister à l’envie de proférer des menaces pour obtenir ce que l’on veut facilement, essayez à la place de montrer votre vulnérabilité, et de recentrer votre enfant vers un comportement plus sain en disant par exemple : « Ce n’est PAS BIEN de donner un coup à ton frère. J’ai peur que tu lui fasses mal ou qu’il te frappe à son tour. Si tu veux frapper quelque chose, tu peux frapper un coussin, le canapé ou ton lit. » En proposant une alternative moins dangereuse qui lui permet d’exprimer ses sentiments, vous lui montrez que vous prenez en compte ses émotions tout en établissant clairement des limites à ne pas dépasser. Cela aura comme conséquence positive d’améliorer la capacité de votre enfant à mieux se contrôler et aussi à mieux se connaître émotionnellement.

5. « Si tu fais ___, je te donnerai ___. »

Essayer de soudoyer un enfant est tout aussi destructeur. Pourquoi ? Car cela le dissuade de bien vouloir vous écouter simplement dans le but de garder une harmonie entre vous et lui. Ce genre de phrase peut vite déraper surtout si elle est utilisée fréquemment. En effet, votre enfant va vite comprendre qu’il pourra l’utiliser contre vous en disant par exemple « Je ne rangerai pas ma chambre si tu ne m’achètes pas des Kinder ou des yaourts ! ».

Que dire à la place ?

À la place, dites plutôt « Merci beaucoup de m’avoir aidée à ranger ! ». Quand on montre une sincère reconnaissance à un enfant, il est instinctivement bien plus motivé pour continuer à vous aider la prochaine fois. Et si votre enfant ne vous a pas beaucoup aidé ces derniers temps, rappelez-lui la dernière fois qu’il vous a donné un coup de main en lui disant par exemple : « Tu te rappelles la fois dernière quand tu as sorti la poubelle ? Ça m’a vraiment aidée. Merci ! ». Ensuite, laissez-lui le temps d’arriver à la conclusion par lui-même que le fait de vous aider peut être plaisant et gratifiant à la fois.

6. « Tu es vraiment intelligent ! »

Quand on dit à un enfant qu’il est intelligent, on pourrait penser que cela lui donne confiance en lui et que cela développe son amour-propre. Mais en fait, ce genre de compliment produit exactement l’effet contraire. En disant à un enfant qu’il est intelligent, on lui fait comprendre qu’il est intelligent seulement quand il obtient une bonne note ou quand il atteint un objectif précis. Et ça malheureusement, c’est beaucoup de pression à supporter pour un enfant. En effet, une étude a montré que lorsque l’on dit à un enfant qu’il est intelligent après avoir fini un puzzle, il y a moins de chance qu’il essaie de faire un puzzle plus difficile la prochaine fois. Pourquoi ? Parce que les enfants ont peur qu’on pense d’eux qu’ils ne sont plus « intelligents », s’ils n’arrivent pas à terminer ce nouveau puzzle. Que dire à la place ? À la place, essayez de féliciter vos enfants quand ils prennent le goût de l’effort. En mettant en avant les efforts qu’ils ont faits plutôt que le résultat obtenu, vous montrez à l’enfant ce qui est important dans la vie. Certes, terminer un puzzle est amusant, mais il tout aussi important d’avoir la volonté de vouloir en faire un autre encore plus difficile. Cette même étude a aussi montré que lorsque l’on félicite un enfant parce qu’il a montré de la persévérance en disant par exemple « Ouah tu as vraiment fait de ton mieux sur ce coup-là ! », il y a plus de chance que ces enfants aient envie d’essayer un puzzle plus complexe la prochaine fois.

7. « Ne pleure pas »

Voir son enfant pleurer n’est jamais une chose facile. Mais quand on lui dit « Ne pleure pas », on lui sous-entend que ce n’est pas normal de pleurer et que ses larmes ne sont pas acceptables. L’enfant comprend ainsi qu’il est préférable de ne pas montrer ses émotions. Résultat, cela peut entraîner par la suite des excès d’humeur ou de colère. Que dire à la place ? Quand votre enfant pleure, soyez là pour lui sans essayer de le juger. Dites-lui des choses simples comme « Ce n’est pas grave de pleurer. Tout le monde pleure de temps en temps. Ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider et en parler. »  Vous pouvez aussi essayer de trouver et d’exprimer les émotions que votre enfant est en train de ressentir en disant par exemple : « Tu es super déçu qu’on ne puisse pas aller jouer au parc ensemble, c’est ça ? ». Ce genre de phrases aide votre enfant à comprendre ses émotions et l’aide aussi à les verbaliser plus facilement et plus rapidement. De plus, en l’aidant à exprimer ses émotions, vous l’aidez aussi à mieux les réguler et les maîtriser. Une qualité qui l’aidera tout au long de sa vie.

8.  « C’est promis… »

Les promesses non-tenues font mal. Vraiment mal. Et, puisque la vie est clairement imprévisible, il est vivement recommandé de retirer ce genre de phrases de votre vocabulaire.  Que dire à la place ? Essayez à la place d’être le plus honnête possible avec votre enfant. En disant par exemple « Je sais que tu veux jouer avec ton ami Mathieu ce week-end et je vais faire tout mon possible pour que vous puissiez jouer ensemble. Mais souviens-toi que parfois il y a des choses imprévues qui arrivent. Donc je vais faire de mon mieux mais ne je peux pas te garantir que tu verras Mathieu ce week-end, d’accord ? ». Quand vous dites que vous allez faire de votre mieux, il est important que vous fassiez vraiment de votre mieux. En tenant votre parole, vous construisez une relation de confiance alors qu’en cassant une promesse, vous la détériorez. Par conséquent, faites attention à ce que vous dites à votre enfant. Et faites vraiment tout votre possible pour respecter vos engagements. Une dernière remarque sur ce sujet : si vous ne tenez pas votre parole, il est important de le reconnaître et de vous excuser auprès de votre enfant. Pensez au fait que c’est vous qui enseignez à votre enfant comment il doit se comporter quand il ne respecte pas ses engagements. Ne pas tenir une promesse, ça arrive à tout le monde à un moment ou à un autre. Et, même si une petite promesse faite à un enfant peut paraître sans importance, elle peut avoir un réel impact sur lui.  Par conséquent, faites de votre mieux pour être un modèle d’honnêteté. Et quand ce n’est pas possible, montrez à votre enfant que vous savez assumer vos erreurs.

9. « Ce n’est pas grave ! »

Les enfants sont très sensibles à ce que l’on dit et on ne se rend pas forcément compte de l’impact que l’on peut avoir sur leurs émotions. Par conséquent, beaucoup de choses que nous disons peuvent les rabaisser sans qu’on le sache.  Les enfants donnent souvent beaucoup d’importance à des choses qui peuvent paraître insignifiantes pour nous en tant qu’adultes. Par conséquent, quand votre enfant veut faire quelque chose que vous ne voulez pas faire, évitez de lui dire « Ce n’est pas grave ! » s’il réagit mal. Que dire à la place ? À la place, essayez de voir les choses du point de vue de votre enfant. Ayez de l’empathie à son égard. Essayez de vous mettre à sa place et de ressentir ses émotions même si vous êtes en train de lui dire non à ce qu’il vous demande. Par exemple, vous pourriez lui dire « Je sais que tu voulais vraiment faire ça, mais ça ne va pas être possible aujourd’hui. » ou encore « Je sais que tu es déçu mais la réponse est non. ». Ces phrases prennent bien mieux en considération les émotions ressenties par votre enfant. Elles montrent que vous le respectez et seront bien plus efficaces que si vous essayez de le convaincre que ses envies n’ont pas d’importance.

10. « Pourquoi tu as fait ça ? »

Quand votre enfant fait quelque chose qui ne vous plaît pas, il est important de lui en parler en tête à tête. Cependant, ce n’est pas dans le feu de l’action que votre enfant va tirer une leçon de son erreur. Quand vous demandez à votre enfant « Pourquoi tu as fait ça ? », vous le forcez à réfléchir et à analyser son comportement. Or, ce type de réflexion et d’analyse est une chose difficile à faire même pour les adultes.  Devant une question aussi complexe, beaucoup d’enfants se renferment sur eux-mêmes et sont sur la défensive.

Que dire à la place ?

Au lieu de cela, essayez d’avoir une discussion ouverte où vous essayez de deviner ce que votre enfant a pu ressentir et quelle a été sa motivation pour se comporter de la sorte. Par exemple, vous pourriez lui dire « Tu t’es sentis contrarié parce que tes amis n’écoutaient pas ton idée ? ». Il y a un autre avantage à cette méthode. En essayant de comprendre les émotions et les réels besoins de votre enfant, peut-être que vous allez vous aussi vous sentir moins énervé en découvrant ce qui s’est réellement passé. « Ah ! Il a mordu son ami parce qu’il avait besoin de plus d’espace et qu’il avait peur. En fait, il ne savait pas vraiment comment réagir. Ce n’est pas une terreur, c’est seulement un enfant ! ». À votre tour Et vous, vous connaissez d’autres choses qu’il ne faut pas dire à ses enfants ? Merci de laisser un commentaire ci-dessous et de partager ce que vous pensez avec notre communauté. On a hâte de vous lire !

source //comment-economiser

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s