Le 04 Août 1983 SANKARA devenait Président de la Haute Volta; Un Héros ne meure jamais!

thomas-sankara-citation

Le 4 août 1983, Thomas Sankara devient président de la Haute-Volta.

Né le 21 décembre 1949 à Yako, village du Yatenga, de père peul et de mère mossi, Thomas Sankara prend le pouvoir le 4 août 1983 et forme le Conseil National de la Révolution (CNR) qui s’engage sur la voie de la « révolution démocratique et populaire » afin de faire passer le pouvoir des mains de la bourgeoisie à celle du peuple. Un an plus tard, le 4 août 1984, fidèle à sa démarche, il renomme le pays République démocratique populaire du Burkina Faso, « la terre des hommes intègres ». Pour lui, les armoiries du pays doivent être des symboles qui créent le changement d’où la nouvelle dénomination. L’hymne national, appelé « Ditanie » materialise la victoire. Le drapeau portera désormais deux bandes horizontales rouge et verte, frappées au centre d’une étoile dorée à cinq branches.

Par ailleurs, on se rappelle de ses « échanges avec ses concitoyens dans des rencontres qu’on pourrait qualifier d’ « arbres à échanges » où il essayait dans une sorte de  « maieutique socratique » à accoucher les esprits. Fidèle à lui même, il parlait sans langue de bois aux présidents européens; ses échanges avec Mitterand resteront légendaires et font toujours attendre le prochain président africain qui aura l’audace de parler aux présidents de l’occident comme deux personnes du même rang parleraient.

SANKARA-COMPAORE, deux Hommes, deux Destins…Une morale pour les présidents africains en exercice

Il est agréable de constater comment ceux qui marquent positivement l’inconscient collectif de l’humanité peuvent accompagner l’histoire de l’evolution de cette humanité. Sankara, un homme qui aspirait  à vivre simplement et à apporter sa pierre à l’édifice de son pays a été lâchement assassiné. D’aucuns disent que cet assassinat a été ourdi de l’intérieur et que son ami et frère d’arme Blaise Compaoré y est pour quelque chose.

Quelque soit la vérité, c’est triste de savoir qu’il ya à peine un an Compaoré fuyait son pays qu’il dirigeait depuis 27 ans après la mort de Sankara et que son nom n’est plus cité qu’à l’occasion d’évacuations sanitaires, de changements de résidence,  d’affaires judiciaires où il devrait comparaître pour répondre des actes de haute trahison, d’assassinat. Il n’a plus le choix qu’entre la côte d’ivoire de son ami Ouattara et le Maroc où il va se soigner car même voyager pour l’europe est risqué puisqu’il peut y se faire arrêter à cause d’une plainte d’une association lambda; c’est triste!

S’il y’a une quelconque morale dans ces deux destins, c’est que même Mort on peut vivre éternellement si on a participé à l’oeuvre de perpétuation de la vie, si on a joué un rôle dans le projet divin pour l’humanité

Puisse les autres présidents africains s’inspirer des destins de ces deux personnages pour rectifier le tir et entrer positivement dans l’histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s