Il était une fois une Camerounaise qui s’appelait Françoise FONING

C’est un secret de polichinelle si je dis que les supputations allaient bon train sur la place Cameroun, virtuelle comme réelle, au sujet du futur éventuel embastillement de Françoise FONING à travers ce qu’on pourrait aussi qualifier sans trop se tromper de nébuleuse, j’ai nommé l’ OPÉRATION ÉPERVIER. Info ou Intox? Bien malin est celui qui pourra apporter un commencement de preuve. Anyway, elle est décédée avant toute action. Elle s’en est allée comme on aime à dire ici chez nous: Que la terre de nos ancêtres lui soit légère, dirons nous comme il est d’usage en pareilles circonstances quelque seraient nos sentiments, nos ressentiments à l’égard de la défunte.

Actualité obligeant, il m’a plu de faire un article sur Françoise FONING. Ceci dit, la raison d’être de cet article, autant qu’il vise à lui rendre hommage à ma façon, me permet d’évoquer certaines facettes de l’intéressée diversement appréciées par ses contemporains.

Le Ridicule ne tue pas! si je mens jetez un regard rétrospectif sur la vie de Françoise FONING

Serieux! est ce que le ridicule tue? En tout cas pas au Cameroun dirions nous illici presto! Et plus encore pas avec feue FONING. Toutefois, je suis maintenant persuadé que les nombreuses déclarations célèbres qu’on lui prêtait ne venaient pas toutes d’elle mais de personnes espiègles qui, entrant le personnage de FONING, concevaient ces phrases et lui attribuaient la maternité. Anyway, qu’elles viennent toutes d’elle ou pas, ces phrases resteront à jamais célèbres et je pense, plein d’enseignement. Quelques une d’elles:

  – Nous allons battre campagne dans les 4 coins du triangle national.

– Je suis la première femme homme d’affaire au Cameroun.

– Le président Pô Biya est le seul pays au monde qu’on insulte, il ne réagit pas.

– Où papa Pô Biya me dit va, je va.

– « Mes enfants faut vous battre dans la vie parce que la vie c’est la bastonnade, battez-vous ».

– Les jeunes ne doivent pas chercher à tomber riches d’un brusque comme ça…

– La politique ce n’est pas le combat…. Débattons-nous.. Ne nous combattons pas..

Avouez qu’on peut même introduire certaines d’entre elles comme sujet de Philosophie au Baccalauréat! Anyway, je pense que la caractéristique commune à toutes ces déclarations est leur côté rigolo, un tantinet ridicule au premier abord.  Mais pas tant que ça.

Je disais d’entrée de jeu que le RIDICULE ne tuait pas avec FONING. Tout le monde au presque connait l’histoire du personnage et c’est de notoriété publique qu’elle n’a pas fait d’études ou de longues. Autodidacte, elle l’était, ça c’est sûr! Partie de rien, ou partant de rien, Françoise FONING n’avait comme véritable bagage que son AMBITION DÉMESURÉE  à devenir quelqu’un comme on dit au pays. Une bonne BAMILEKE en somme!


En effet, les débuts véritablement publics de Françoise FONING, autant que je m’en souvienne du haut de mon âge pas encore très avancé,  sont à observer dans la vie politique. Et c’est là où son histoire, sa « people -lisation » commence. Elle, que rien ne prédestinait à être dans l’action, a joué le rôle de « CHAUFFEUSE DE SALLE », ce genre de rôle que les personnes   » politikment correct », « les membres trop intellectuels ou intellectualisés » ne pouvaient pas ou ne voulaient pas jouer. Qui ne se rappelle pas de ses cris de ralliements lors des meetings politiques où sans crier gare, elle lançait un mot, entonnait un chant afin que tout le monde chante Paul BIYA, le champion. On se souvient des phrases comme « Avec nos Maris, il faut toujours le supporter »  » Paul Biya, Paul Biya, notre président, père de la nation, Paul Biya toujours chaud gars.» — qui sont devenues cultes.

J’évoquais son ethnie parce qu’elle me semble déterminante dans la stature publique qu’elle a réussi à se créer. Oui le Bamileke n’a pas honte quand il cherche la vie, quand il cherche à gagner son pain. A l’exemple des anglophones qui, sans honte et gène aucune, parlent le « faux français », FONING, bien que  « analphabète », se débrouillait à se faire comprendre, à finalement imposer son point de vue.

Le ridicule de FONING  des débuts s’est imposé jusqu’à ETOUDI comme la FEMME venue du peuple qui entonnait et obligeait tout le monde à chanter les louanges de Paul BIYA lors des meetings du parti.

FONING n’avait certainement pas fait d’études ou de longues, mais croyez moi, elle maîtrisait la communication et ses faits et gestes laissaient transparaître une bonne maîtrise des théories clés en développement personnel à l’instar de « comment influencer les autres? Comment se faire des amis? » 

 

S’il y’ avait un enseignement à tirer de la vie de FONING, — indépendamment  des moyens utilisés pour arriver à ses fins  et abstraction faite des ressentiments,–  ce serait, N’ayez pas peur,  n’ayez pas honte du RIDICULE, je veux dire de ce que les gens vont dire ou penser de vous quand vous « cherchez la vie ».  Toutefois, vos faits et gestes doivent être empreints  d’honnêteté, de respectabilité et de fair play. Ce que j’ai compris de la vie c’est que s’il y’a une personne à croire en vous, c’est vous d’abord!

A part ça quels souvenirs j’ai de Françoise FONING

Françoise FONING, la magicienne, Une « Donatien KOAGNE », version féminine?

Aussi longtemps que je me souvienne de FONING et de l’actualité la concernant, il était toujours question de politique et d’élections. Alors, j’ai toujours été interloqué quand elle apparaissait  ou quand on la présentait comme Chef d’entreprise, Femme d’Affaires. Vous comprenez que je n’ai pas cru mes yeux quand elle est devenu Présidente Mondiale des Femmes Chefs d’entreprises. Je vous fais fie de ses autres casquettes nationales et ou africaines en la matière. Je me suis demandé comment est ce qu’ elle a pu le devenir? je me suis dis à moi même: le camerounais est fort ou plutôt la Camerounaise est forte!! Oui massa, Ça c’était la magie pour moi; entendez comme vous voulez, sens figuré, sens propre. Elle devait avoir sûrement fait de la prestidigitation car je n’en revenait pas. Je ne sais pas comment elle a réussi à bluffer les gens, mais, elle est forte me suis je dit. Rien que pour ça, elle méritait mon respect. Je voyais du Donatien KOAGNE, le célèbre feyman camerounais dont les faits d’armes et les coups réussis n’ont pu avoir d’egals que les combines du personnage de Leonardo Di Caprio dans le blockburster « Attrape moi si tu peux« .

On va parler de magie; mais attendez, tout le monde peut aller chez le marabout norrr! Mais ce n’est pas tout le monde qui peut réussir pareils coups et parcours politiques. Elle était naturellement talentueuse, je ne peux m’empêcher de convenir avec moi même. Oui c’est un peu comme Eto’o qu’on accuse souvent d’avoir de « bons grimbas » comme si ça suffisait pour marquer des buts. Pour moi, eu égard à son intelligence et à son dynamisme, la mort de Françoise FONING est une grande perte pour le pays. Elle me rappelle les gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Mais maintenant, je ne peux m’empêcher de me demander si ce talent, cette intelligence étaient au service de l’autre, du Bien, bref de l’intérêt général.

Françoise FONING, une Camerounaise, une passionariat au service de… de qui? De quoi?

Si vous ne connaissez rien des camerounais, l’histoire de FONING vous dit tout sur le potentiel de ce peuple, de ce pays qualifié à juste titre d’Afrique en miniature tellement il est riche de son heterogeneité.

Le potentiel intellectuel de FONING, elle l’a mise au service d’une cause ou plutôt d’un homme, son champion de Président, j’ai nommé Paul BIYA. Je pense donc qu’en terme de loyauté, elle n’avait pas son pareil dans le RDPC, le parti au pouvoir. Ainsi, dans le littoral où elle entreprenait sur le plan politique, elle était incontournable. Le parti et le sommet de l’Etat le savaient et n’ hésitaient pas à prendre fait et cause pour elle dans toutes guéguerres intestines.

Douala Capitale économique où officiait FONING est connue pour être la ville rebelle face au pouvoir de Yaoundé et, elle l’est devenue davantage à travers les ben skinneurs qui essaiment dans la ville et qui sont la cause principale ou l’une des causes importantes du désordre urbain. Un terreau d’où peut naître à chaque instant la déflagration qui peut  emporter le régime. Un caillou dans la chaussure du pouvoir en place  en somme : aucune autorité publique fusse t elle gouverneur, délégué du gouvernement ou maire n’a réussi a juguler leur capacité à nuire. Mais apparemment, FONING avait un certain pouvoir sur eux ou sur certains d’entre eux . A ce sujet, on apprend du journal en ligne cameroon-info.net  du 26 Janvier 2015 que « Plus de 5 000 motos taxis et 1 000 taxis… » étaient « sous son contrôle, pour combattre définitivement les multiples mouvements de grève envisagés par les transporteurs et mettre en déroute le plan machiavélique de certains leaders d’opposition qui ne demandaient qu’à brûler et casser ». Serait ce donc ça la raison ou une des raisons des bonnes grâces de FONING dans le régime? En tout cas, rien n’est moins sûr. Comment diantre, réussissait elle à avoir ce pouvoir sur ces jeunes? La concernant, il était dit,  qu’en fait d’entreprises, FONING possédait des milliers de ben skins et de taxis en activité dans la ville. On peut donc commencer à comprendre qu’en réalité, il s’agissait de ses employés à elle qu’elle mobilisait le moment venu pour faire échec aux mouvements de grèves des syndicats.

Par ailleurs, il se disait que FONING ne lésinait pas sur les moyens pour distribuer du poisson et du riz à l’occasion des  campagnes électorales et était une férue de la mise en place des charters transportant des jeunes d’une ville à l’autre à qui on avait préalablement distribués des billets de banque pour voter plusieurs fois en faveur du parti au pouvoir, le RDPC dont le chef n’est autre que Paul BIYA.

Ces seuls deux faits suffiraient à dire que FONING à passer son temps à utiliser son intelligence, son potentiel à porter atteinte au développement du Cameroun. Patrice Nganang, un célèbre écrivain camerounais, objecteur de conscience très actif sur la toile n’a pas de mot tendre à son endroit. Voici ce qu’il en dit  » le souvenir qu’elle laissera sera d’avoir donné a la corruption un visage maternel. Une maman, non, une grand-maman qui corrompt ses fils, ses petits-fils, c’est ce qu’elle était, Francoise Foning. Le fond du cabinet (W.C.) ». Il est aisé de convenir avec lui quand il conclut  » …elle sera sans doute aussi vite oubliée que le mal qu’elle a commis, car qui veut se souvenir de ses toilettes? » Dommage n’est ce pas? d’avoir été aussi importante ou si vous voulez d’avoir vécue dans l’illusion de son importance et que quelques temps après votre mort, on vous oublie.

Comment en serait il autrement quand vous avez passé le temps à chanter au lieu de travailler. Oui la fable de « la Cigale et  la Fourmi » est toujours d’actualité. Vous clamez votre allégeance au régime, votre foi en tel humain, en l’occurence le Président à vie du pays, alors qu’on veut voir vos œuvres. Seules les œuvres qui promeuvent le bien être sont à encourager. Je n’en connais pas de Françoise FONING. Certains, probablement ses proches ayant mangés à sa table ou ayant reçus habituellement du riz et du poisson pourront me démentir, mais s’il ne s’agissait que d’eux ça passerait. Non je suis désolé, FONING était une personnalité publique dont les faits et gestes impactaient sur l’intérêt général. Je me rappelle d’un récent discours de son champion de président qui exaltait le métier de « Ben skin ». N’importe quoi! Donc les FONING et consorts avaient réussi, en lieu et place, de créer des opportunités pour les jeunes, à les encourager à s’inscrire dans la durée dans ce métier? et avaient réussi à dire au Chef de l’Etat qu’il fallait en parler dans un discours afin de « les mettre dans sa poche? ». Triste héritage!!! Pitfull!!!

Ce Cameroun du RDPC de son Champion de Président qui a vu mourir Notre FONING national

En moins d’une semaine FONING est passé de vie à trépas. En effet, se rendant dans son village natal, Bafou, partant de Yaoundé, elle fait l’accident le 17 Janvier 2015 dans la localité d’Ebebda et la suite on la connaît. Le communiqué  sur les causes de sa mort, rendu public le 25 du même mois indique qu’ «Elle est morte d’«embolie pulmonaire».  Il indique aussi que Françoise Foning souffrait d’ «une fracture du bassin et d’une jambe, avec quelques cotes brisées» .  Il est donc fort probable qu’elle est morte des suites de l’accident. Ceci est d’autant plus vraie qu’on dit que le Président de la république avait ordonnée son évacuation sanitaire.

Même s’il est vrai qu’un accident peut survenir sur de bonnes routes, avouons quand même que l’etat piteux de nos routes est un facteur aggravant dans l’occurence de ces accidents. Anyway, Je vais essayer de raisonner par l’absurde; si on voulait l’évacuer, cela suppose qu’on ne pouvait pas la soigner ici au Cameroun? Autrement dit, il n’y avait pas sur place de centre hospitalier qualifié pour venir à bouts des maux suscités. Je dis wandaful!!! C’est pourtant ce Cameroun que les FONING et tous les chantres du régime chantaient et chantent comme étant le pays des « Grandes réalisations? » Comment comprendre qu’il ne s’y trouve même pas un hôpital de référence pouvant les recevoir avec compétence? Et le bas peuple alors? lui qui n’a même pas d’argent? Autant dire que le pauvre est mort vivant! Vous comprenez pourquoi, à défaut de faire la guerre, ce peuple prie à longueur de journée? Oui seul  DIEU permet à ceux ci de survivre avec leurs maladies.  Je reste sans voix! Et dire qu’ils (les chantres) appellent Popaul à se représenter ad vitam eternam pour finir « ses réalisations », pour nous conduire vers « l ‘ émergence »?

Et que dire alors de ce qu’on appelle  » évacuation sanitaire »?. Chaque fois que j’en entends parler, on fait allusion au Président de la république qui devrait l’autoriser.  Si sa vie  ou sa survie etait conditionnée à une bonne prise en charge et ou à son évacuation sanitaire rapide, on peut donc dire que Popaul, en prenant le temps pour la décision, aurait tué FONING. C’est n’importe quoi! J’aime ce pays, je m’efforce chaque fois de lui trouver des choses positives, mais avouons quand même que ça c’est de la foutaise. Il faut se rendre à l’évidence  que ce régime a fait le tour de ses capabilities et ne peut valablement plus penser l’avenir de la jeunesse avec la kyrielle de septuagénaires et d’octogénaires qui l’incarnent.

Je ne sais pas de qui je suis le plus fâché ou déçu : des chantres qui parlent au nom du peuple mais qui en réalité ne servent que leurs intérêts égoïstes ou du Président de la République octogénaire qui n’a plus la force de gérer et qui s’arc boute au pouvoir et prend pour argent comptant tout ce qu’on lui dit de dire comme le fait de dire que le « ben skin » est un métier.

Si on peut déduire  de ses auditions au Tribunal Criminel Special que FONING aurait détourné des deniers publics, il est clair qu’elle ne sera plus là pour « manger cet argent ». Elle en posséderait donc mais craignait de l’utiliser de peur qu’on lui demande son origine au point où elle attendait que « le père de la Nation » ordonne son évacuation sanitaire. Elle est morte d’attente. Triste fin! Puisse la vie et la fin de cette enfant du Cameroun  inspirer ses contemporains sur leur rôle dans une société comme celle du Cameroun éprise de paix qui attend plus que des chansons de la part de sa classe dirigeante.

Paul Kem (kpf)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s